Point de vue : Un blocage qui alimente la corruption

Un blocage qui alimente la corruption

Pas plus tard qu’hier, le pays a célébré la 6ème édition de la Journée des Réseaux d’Honnêteté et d’Intégrité (JRHI) au Palais des Sports Mahamasina. Une initiatve qui rentre dans le cadre de la lutte contre la corruption dans laquelle Madagascar est engagée plus qu’à fond. Mais dans cette lutte, personne n’est épargnée que ce soit des fonctionnaires, des agents de l’Etat, des élus, et même des grandes personnalités politiques. A preuve, il y en avait des têtes qui ont tombé, et même dans la sphère du régime, suite à des investigations des autorités anti corruption.
Mais cette forme d’infraction tend à gagner de la place ces derniers temps depuis l’avènement de la crise politique qui secoue le pays. Les services publics tournent au ralenti dans certains bureaux administratifs des collectivités décentralisées. La Capitale en est victime et dans certains bureaux il faut avoir recours à un rabatteur pour essayer d’avoir un document nécessaire à la constitution d’un dossier. Des faits flagrants de corruption qu’on trouve dans ces bâtiments. Est-ce le but ? Faire gangréner cette infraction punissable par la loi ? Inciter les usagers de ces services administratifs à la haine lorsque le blocage persiste ? Ce sont des stratégies mais il ne faut pas oublier que ces usagers constituent le peuple et c’est ce peuple qui décide de son avenir. Ce peuple qui ne mérite pas les sévices des stratégies sournoises qui s’apparentent à un coup de force déguisé qui est d’ailleurs une bombe à retardement pouvant se retourner contre ses initiateurs. Les usagers ont droit à une permanence pour assurer leurs demandes. Les grévistes ont, quant à eux, l’obligation d’assurer un service minimum.
Des gens irrités ne cachent pas leur consternation face à cette situation. Parfois, ils n’osent pas exprimer publiquement cette colère par soucis de menaces ou de représailles des grévistes. En tout cas, les autorités, les politiciens de tout bord et la population ont le devoir d’être vigilants et combattre ensemble ce fléau qui détruit notre pays et non pas de l’alimenter.

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.