Point de vue : Une conjoncture inquiétante

La conjoncture sociopolitique actuelle est plus qu’inquiétante ces dernières semaines. Comme par hasard, c’est au moment où le Chef de l’Etat est sur le point de mettre en pratique son initiative à évaluer les membres du gouvernement. En tout cas, les grands ministères sociaux sont les plus touchés par la débandade de ces derniers temps. Le Ministère de l’Enseignement Supérieure et de la Recherche Scientifique, le Ministère de l’Education Nationale ou aussi le Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche en sont les plus touchés. Les enseignants dans les lycées ont eux aussi haussé le ton. Ces derniers qui ont d’ailleurs été soutenus par leurs élèves à constater la situation d’hier à Anosy. C’est également le cas des Universités où les enseignants chercheurs ont fait preuve d’unité jusqu’ici pour réclamer leurs droits. De leur côté, les employés de la Direction Générale de la Pêche demandent la séparation de ce département avec le MAEP.
Ces circonstances prennent en otage les simples citoyens notamment les usagers de la vie publique. Les élèves, les étudiants, les pêcheurs, les opérateurs économiques, … autant de secteurs sont désormais touchés par cette situation qui semble être celle d’un pilotage à vue où personne ne peut deviner ce qui se cache derrière les nuages.
Pas plus tard que cette semaine, des employés du Ministère de la Communication et de la Culture ne veulent pas se résigner dans cette initiative de réforme mais qui s’apparente à une forme de purge pour les employés de courte durée (ECD). Ils veulent saisir le conseil d’Etat face à cette situation. Des employés qui sont arrivés à 10, 12 ou 15 années de service mais facilement mis à la porte alors qu’ils espéraient être promus fonctionnaires. Ceux qui sont en poste dans la capitale sont affectés dans les provinces et encore dans des fins fonds de brousse. Et comme par hasard, ce sont ceux qui ont des obédiences politiques différentes de l’actuel régime qui subissent ces formes d’injustice.
En tout cas, il est temps que les dirigeants revoient leur note pour essayer de rétablir l’harmonie sociale. Sans cette harmonie, la stabilité ne sera que vain mot et sans la stabilité personne ne peut assurer le développement sur tous ces aspects.

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.