- Première chaine de télévision privée - http://matv.mg -

Privatisation de la Jirama : Le spécialiste de l’énergie de la B.M s’exprime

De l’avis de certains observateurs, la privatisation constitue une solution pour redresser la Jirama. Jan Kappen, spécialiste principal en énergie de la Banque Mondiale a indiqué la semaine dernière au cours de la présentation de la note de conjoncture économique de Madagascar que la privatisation en soi de la Jirama ne constitue pas une solution.
Il ne manque pas de rappeler que les trois activités principales d’une compagnie d’électricité sont la production, le transport et la distribution. Aujourd’hui la Jirama achète la plupart de sa production de pointe à des opérateurs privés et la Banque mondiale aide la Jirama et le gouvernement à aller plus loin pour lancer des projets privés dans l’hydroélectricité et le solaire. La privatisation progressive de la production de l’électricité peut uniquement améliorer la situation du secteur si elle est faite de façon compétitive et transparente et avec une planification à moindre coût. En ce qui concerne le transport d’électricité, la situation est plus compliquée.
Livrant son opinion personnelle à la rédaction il y a quelques mois de cela, le spécialiste principal en énergie a indiqué que la situation est plus compliquée en ce qui concerne le transport d’électricité. Les investissements dans les réseaux des lignes de haute tension sont extrêmement coûteux avec des temps d’amortissement entre 30 et 40 ans. De plus, la construction des lignes est sujette à des risques environnementaux et sociaux très considérables et très compliqués à gérer pour un opérateur privé. Pour cela, malgré les efforts de plusieurs gouvernements africains et de bailleurs y compris la Banque mondiale, le secteur privé reste encore assez frileux à s’engager dans ces projets.
Pour cela, la privatisation des projets PPP dans le sous-secteur du transport restent rares, surtout pour des marchés de l’électricité aussi petits que celui de Madagascar. Pour la troisième activité qu’est la distribution, l’Afrique fournit aujourd’hui de nombreux exemples où la distribution a été privatisée. Toutefois, dans la plupart des cas, cela se passe dans un contexte où le secteur de l’électricité est relativement proche d’attendre l’équilibre financier pour qu’on puisse imposer au secteur privé des règles tarifaires transparentes permettant d’un côté aux opérateurs de récupérer leurs coûts et investissements tout en générant un bénéfice acceptable pour leurs actionnaires, et de l’autre côté de protéger les consommateurs contre des tarifs excessifs et non-abordables. A Madagascar, ce n’est pas du tout le cas puisque le décalage entre le coût de production et le coût de service est tellement grand qu’un privé qui s’occupera de la distribution d’électricité à Madagascar demandera tout de suite une augmentation tarifaire. Ainsi, la privatisation de la distribution de l’électricité de la Jirama dans le court terme n’est donc pas une option. Il faut d’abord accélérer le redressement financier et opérationnel de la Jirama, investir dans l’infrastructure du système de distribution et travailler pour réduire le décalage entre le coût de production et le tarif moyen. Tel que nous l’avons déjà précisé dans nos colonnes, les réformes visant à améliorer la situation financière de la Jirama ont commencé à porter leurs fruits, toutefois des efforts restent à déployer.

C.R

 


Article printed from Première chaine de télévision privée: http://matv.mg

URL to article: http://matv.mg/privatisation-de-la-jirama-le-specialiste-de-lenergie-de-la-b-m-sexprime/

Copyright © 2014 . All rights reserved.