PROCOM : Pour un renforcement du dialogue privé-privé

Les organisations en appui au secteur privé (FCCIM, CCI A, EFOI, FIVMPAMA, ITBM, ONTM et EDBM) sont rassemblées dans un même stand à la Foire Internationale de Madagascar, symbolisant ainsi la démarche de structuration et de dynamisation du secteur privé pour constituer une plateforme commune en vue de renforcer le dialogue privé-privé et de contribuer à l’efficacité du dialogue public-privé. Le Programme d’Appui à l’Emploi et à l’Intégration Régionale (PROCOM), financé par l’Union Européenne, y apporte son soutien financier.
Jean Pierre Lebrun, Coordonnateur de Programme, estime que l’environnement des affaires à Madagascar est assez déplorable, toutefois la Grande île regorge de potentialités. Le défi est d’améliorer les choses. Si le PROCOM s’est fortement mobilisé à la FIM, c’est qu’il accorde une importance particulière au renforcement du dialogue privé-privé.L’avantage d’un dialogue privé-privé est qu’il peut améliorer le climat des affaires s’il est bien structuré, avec des interlocuteurs qui peuvent dialoguer de façon effective.
A titre de rappel, le PROCOM est financé par l’Union Européenne à hauteur de 8 millions d’Euros sur une période de 5 ans. Le projet comprend trois volets : renforcement des organisations intermédiaires (Chambres de Commerce et Groupements Patronaux), l’accroissement de la compétitivité des entreprises et la facilitation et la sécurisation des transactions commerciales. Des appels à proposition de projets seront lancés pour la mobilisation des ressources.
Jean Pierre Lebrun a mis un accent particulier sur l’importance de la bonne gouvernance, autrement rien ne va fonctionner. «Ce n’est pas tout de voter les lois au parlement, il faut les appliquer». En économie, il y a trois niveaux, le niveau macro qui est la gouvernance, le niveau méso qui est l’environnement des affaires et le niveau micro qui sont les entreprises.

Accès au financement
Pour faciliter l’accès au financement, des bailleurs mettent en place un fonds de garantie, l’AFD garantit, par exemple, 50% des prêts. Il y a aussi des donateurs bilatéraux, comme les Danois qui mettent en place des fonds de garantie. Pour ce qui est du système bancaire national, il faut réduire les taux d’intérêt à des taux raisonnables, de l’avis de notre interlocuteur.

Table-ronde économique
L’objectif de la table-ronde économique, qui s’est tenue hier et qui rentre dans le cadre de la Semaine de l’Europe, est d’améliorer le milieu des affaires. Un rendez-vous qui relève du dialogue public-privé. Des ministères, des PTF, des diplomates et des opérateurs privés ont été conviés à cette séance. Le coordonnateur du programme PROCOM a noté que cette rencontre revêtait davantage un aspect interactif pour que chaque partie prenante se sente libre de parler, d’exprimer la vérité afin de faire avancer les choses. Il s’agissait de mettre en avant les contraintes actuelles, mais également de montrer le potentiel de Madagascar, le but étant de «vendre» Madagascar et démontrer que nous sommes dans une tendance positive.

C.R

Imprimer Imprimer