Projet “Faim zéro à Madagascar” : Le PAM à Mahazoarivo

Tous les pays du monde, principalement les pays en voie de développement, essaient d’atteindre les Objectifs de Développement Durable (ODD) à l’horizon 2030. Pour Madagascar, un pays ayant récemment sorti d’une crise, diverses stratégies sont adoptées pour lutter contre la pauvreté.

Dans le cadre du lancement officiel de l’élaboration de l’examen stratégique «faim zéro à Madagascar», Stanlake Samkange, Directeur de la division des politiques et programmes du Programme Alimentaire Mondial des Nations Unies (PAM) a été reçu en audience par le Premier Ministre, Olivier Mahafaly Solonandrasana, hier. Il a été accompagné d’une délégation conduite par le Représentant Résident du PAM à Madagascar, Moumini Ouedraogo.
Stanlake Samkange a mis en exergue l’excellence du partenariat entre le PAM et le Gouvernement malgache. Il a affirmé que «la relation entre le PAM et le Gouvernement malgache est une relation étroite et forte et nous sommes ici pour aider le Gouvernement à atteindre les Objectifs de Développement Durable (ODD)». Il a également saisi l’occasion pour parler des activités du PAM à Madagascar. «Les activités que nous faisions en partenariat avec le Gouvernement malgache ont trois volets. Le Premier volet étant les actions humanitaires suite aux catastrophes naturelles, mais également à la sécheresse qui sévit dans le Sud, tels que l’appui à la restauration de la sécurité alimentaire et le rétablissement des situations relatives à la malnutrition. Le deuxième volet consiste à des actions à longue durée, qui conduisent à un développement plus durable, permettant, par exemple, d’aider sur le plan social. Et le troisième et dernier volet est d’assurer la stabilité, mais également la pérennité des actions au niveau social, non seulement au niveau de la faim mais également à tout ce qui pourrait être relié à ces aspects sociaux», a-t-il poursuivi.
Le Premier Ministre, pour sa part, a souligné que pendant trois années successives, Madagascar a essayé de privilégier dans la mesure du possible les dépenses à caractère social, entre autres les activités les plus urgentes dans les domaines de la santé, de l’éducation et de la nutrition.

Velo Ghislain

Imprimer Imprimer