Réconciliation nationale : 4 requêtes sur 36 bénéficient d’une amnistie

Le Conseil du Fampihavanana Malagasy (CFM) peuvent statuer en termes d’amnistie. En cette vertu, le CFM vient d’accorder l’amnistie à 4 personnages politiques victimes de décisions de Justice de droit commun.

Réunis en Assemblée Générale hier matin, les membres du Conseil du Fampihavanana Malagasy (CFM) ont statué sur le sort de 4 anciens responsables politiques. Après plusieurs heures de réunion, les membres dudit conseil ont décidé d’amnistier Tantely Andrianarivo, Fredo Betsimifira, José Georges Tahaka et Boniface Zakahely. Des personnages qui ont été victimes de décisions de Justice de droit commun sur des faits liés à la politique.

4 sur 36 dossiers

Depuis le mois d’Octobre 2018, 36 dossiers de demande d’amnistie ont été transmis à la Cour Suprême, a souligné Alphonse Maka, président du CFM. Cette cour, à travers la Commission Spéciale Indépendante pour l’Amnistie, remet ainsi au CFM, en retour, son avis sur les dispositions juridiques pour avis favorable ou défavorable pour l’obtention de l’effacement de toutes les condamnations. Ainsi, 4 ont été retransmis au CFM ayant fait l’objet de cette AG et de cette décision du CFM d’hier.

Réconciliation et non impunité

Les membres du CFM, notamment son Président, ont martelé que cette décision rentrait dans le cadre de la réconciliation nationale. C’est d’ailleurs pour cette raison que non seulement le CFM est engagé dans la procédure, mais aussi la Cour Suprême qui, elle aussi, se charge de scruter les dossiers pour vérifier si l’annulation des peines n’est pas contraire aux lois de notre pays et aussi aux lois internationales. Le président du CFM qui a d’ailleurs rappelé que certaines formes d’inculpation ne peuvent en aucun cas faire l’objet d’amnistie. «Madagascar est d’ailleurs membre des Nations Unies et signataire de plusieurs traités internationaux. Nous ne pouvons pas passer outre. Il ne faut pas oublier que le but n’est pas de procéder à l’impunité, mais plutôt de réconcilier. Personne ne peut ainsi se réfugier derrière la politique et l’amnistie pour bénéficier d’une forme d’impunité», a-t-il soutenu.

Marc A.

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.