Refonte de la Constitution : Les préoccupations des opposants

Les partis d’opposition, notamment ceux susceptibles de présenter des candidats aux élections de 2018, n’ont pas manqué de manifester leurs préoccupations par la déclaration du Président de la République à propos d’une éventuelle refonte de notre Constitution, qualifiée de « caduque » et qui ne correspondrait plus à la conjoncture actuelle.
De source auprès du camp TIM, la méfiance est toujours de mise étant donné les enjeux. Le parti de Marc Ravalomanana est persuadé que ses adversaires politiques sont prêts à recourir à toutes les stratégies les plus farfelues pour écarter son candidat de la course à la magistrature suprême.
Notre source a rappelé que le HVM, lui aussi, est déjà sur le pied de guerre. Le parti du pouvoir avait argué, il y a quelques jours, que ses membres n’ont pas peur de rivaliser avec des concurrents potentiels, sauf, bien évidemment, si leur casier judiciaire n’est plus « clean » vis-à-vis des lois en vigueur. En d’autres termes, s’ils font l’objet de condamnations.
Cette pique n’aura visiblement pas échappé aux barons de Marc Ravalomanana, qui ont toujours maintenu que l’ancien président a été victime d’une condamnation à défaut, résultant d’un procès politique. Cependant, il n’a, jusqu’à maintenant, pas été notifié de la décision du tribunal d’autant plus que le tribunal saisi de l’affaire était incompétent car était issu de la transition et n’ayant eu aucune base légale.
Toujours est-il que, toujours d’après le TIM, en cas de changement de Constitution, d’autres candidats seraient susceptibles d’en faire les frais. Personne n’est effectivement en mesure de connaître les articles qui vont faire l’objet de révision. Dans l’espoir que le changement de Constitution ne constituera pas un facteur de trouble, ni servir les intérêts d’une seule personne, les adversaires politiques de l’actuel régime ont indiqué être ouverts à d’éventuelles consultations.

L.R

Imprimer Imprimer