Rénovation de l’Avenue de l’Indépendance : Coût incertain, estime Lalatiana Ravololomanana

La énième session extraordinaire des conseillers municipaux de la Commune urbaine d’Antananarivo sur l’adoption de nouveaux projets s’est tenue les 09 et 10 mai dernier. Celle-ci portait sur l’extension du «métro» sur l’esplanade d’Analakely et sur la rénovation de l’avenue de l’Indépendance.
Lalatiana Ravololomanana, conseiller d’opposition auprès de la CUA, a confié que le mois de mai était le mois de la session ordinaire d’après la loi 2014-020 régissant les collectivités territoriales décentralisées, stipulant que le premier trimestre de l’année est destiné à une session ordinaire et moment durant lequel madame le maire fait un rapport spécial en matière de gestion de budget et de gestion de la Commune. Cependant, selon ses dires «on nous a appelés pour une session extraordinaire, qui est contraire à la loi». Une session extraordinaire devra donc se tenir vers la fin du mois de mars.
Elle a précisé que durant cette session extraordinaire imprévue du 09 et du 10 mai, 6 projets ont été discutés tels que l’adhésion de la Commune à l’AUGA, réhabilitation du métro d’Analakely, réhabilitation de la maison d’Etat-civil du IVème arrondissement, projet d’infrastructure sur le stade municipal de Mahamasina et rénovation de l’avenue de l’indépendance. Des projets non étudiés, prétendait Lalatiana Ravololomanana, car par exemple la rénovation de l’avenue demande une implication de tous les acteurs concernés, tel que l’Easy Park, les marchands ambulants de l’avenue et les propriétaires de voitures qui font le décodage ambulant des téléphones portables, donc «il faut considérer toutes ces personnes», estime-t-elle.
Cette conseillère a même dit que la question de financement n’était même pas évoquée durant ces deux jours de réunion. Donc, elle ne sait pas combien cela va coûter, ce qui fait que le terme de référence, le cahier des charges, et la personne qui va concrétiser ces projets sont encore incertains. Mais seulement on leur a rapporté virtuellement les projets. Elle disait qu’elle faisait partie des personnes qui ont validé ces projets, cependant elle demande à la CUA de la transparence dans la réalisation de ces projets.

Rindra R.

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.