Ressources minières : 835 Kg d’or exportés légalement depuis le début de l’année

Depuis l’indépendance, le secteur aurifère malgache demeure dominé par des trafics et des exploitations illicites, tout en étant caractérisé par des phénomènes de ruée. Une lueur d’espoir est cependant notée depuis la mise en place de l’Agence Nationale de la Filière Or (ANOR), des avancées ayant été notées en ce qui concerne les exportations.

Depuis le début de cette année 2017 à ce jour, 835 kg d’or ont été exportés légalement, a indiqué hier le ministre auprès de la Présidence chargé des Mines et du Pétrole Ying Vah Zafilahy. Selon les déclarations officielles, 580 kg d’or ont été exportés en 2016, avec des ristournes et des redevances de 704.707.740 Ariary. Force est, cependant, de constater que des métaux précieux sortent illicitement du territoire, sans suivre le circuit légal. Depuis la mise en place de l’Agence Nationale de l’Or (ANOR) en 2015, une lueur d’espoir et des résultats encourageants sont ressentis.
Avec plus de 800 kg d’or exportés actuellement, l’objectif est d’atteindre une tonne et plus cette année. Des résultats ont été escomptés, certes, mais ils demeurent insuffisants et les retombées de ce produit, aussi bien pour les Collectivités Territoriales Décentralisées que pour l’Etat, restent dérisoires.
Faut-il rappeler que le monopole de la Banque Centrale de Madagascar sur l’exportation d’or a été levé ? Il est ainsi possible pour un opérateur d’exporter le métal jaune à condition de respecter les différentes procédures et formalités prescrites par la législation en vigueur, sans oublier le paiement des taxes et redevances minières.

Stratégie de gouvernance

A une année de sa phase opérationnelle, l’ANOR a procédé à une évaluation de sa mission et de ses réalisations. Les failles, lacunes et problématiques constatées conduisent à une révision de la stratégie à mettre en œuvre pour une réussite de la gouvernance du secteur or. Une stratégie qui devra obtenir l’adhésion de toutes les autres parties prenantes pour une meilleure implication de celles-ci. C’est là tout l’intérêt de l’atelier national sur l’élaboration de stratégie de gouvernance de la filière «or», depuis hier à Andrainarivo. L’objectif de cet atelier, qui se poursuivra ce jour, d’après Tiavina Ranoroharisoa, Directrice Générale par intérim de l’ANOR, est de définir, dans une démarche inclusive et participative, une meilleure stratégie de gouvernance de la filière or.

C.R

Imprimer Imprimer