Révision des contrats : Un accord trouvé avec Enelec

«Les nouvelles sont bonnes», selon les propos de Solo Andriamanampisoa, Président du Conseil d’Administration de la Jirama, s’exprimant sur les avancées dans les renégociations des contrats avec les fournisseurs et loueurs de groupe.

“Des consensus ont été trouvés, un accord a été finalisé ce jour (ndlr hier) avec Enelec”, se réjouit Solo Andriamanampisoa, Président du Conseil d’Administration de la Jirama. Et ce, dans un esprit de partenariat gagnant-gagnant. Enelec figure en effet parmi les grands loueurs de groupes, avec Aksaf et Symbion Power, mais ses zones d’intervention sont Toamasina, Mahajanga, Antsiranana et Toliara. Sans entrer dans les détails, le PCA de la Jirama a indiqué que cela aura des impacts sur le coût de revient de la Jirama. Cela ne signifie pas pour autant qu’une baisse immédiate des tarifs de l’électricité s’en suivra. Le défi, selon les précisions apportées par ce responsable, est d’atteindre l’équilibre opérationnel de la Jirama en 2021. Ce n’est qu’une fois cet objectif atteint qu’une restructuration progressive des tarifs pourrait s’appliquer.
Pour rappel, c’est au cours d’une descente réalisée par le Premier Ministre Christian Ntsay à Ambohimanambola en février 2019 que les chiffres faramineux ont été dévoilés : pour les grandes centrales, la Jirama s’acquitte de 11 millions USD par mois pour la location des installations, avant de payer le premier KWh. De surcroît, la puissance installée, qui n’est pas forcément utilisée, doit être payée. Les contrats qui ont été signés il y a quelques années comprennent des coûts fixes nécessaires à l’amortissement, mais aussi des coûts variables s’assimilant à des coûts de gestion et enfin, le carburant. Ces contrats grèvent lourdement sur les caisses de la Jirama. D’où l’intérêt de la révision.
L’étude réalisée par le cabinet Castalia présentée au mois de septembre 2019 au bureau de la Banque Mondiale précise que la renégociation des contrats thermiques principaux permettrait à la Jirama d’économiser 193 milliards d’Ariary par an entre 2020 et 2030. Le gouvernement pourra mobiliser les fonds économisés sur d’autres secteurs critiques pour l’émergence de Madagascar.

C.R

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.