SAMIFIN sur les nouveaux billets de banque : Une opportunité de contrôle de la circulation fiduciaire

33

Si un groupe de jeunes leaders, composé, entre autres, d’économistes, avait indiqué il y a quelques jours que la circulation du nouveau billet de 20.000 Ar augmentera les risques d’évasion fiscale, d’économie souterraine, voire criminelle, le Service de Renseignements Financiers «Sampandraharaha Malagasy Iadiana amin’ny Famotsiam-Bola» (SAMIFIN) ne le voit pas de cet œil.

L’une des missions assignées au Service de Renseignements Financiers (SAMIFIN) est de contrôler la circulation de la monnaie, selon les précisions de son Directeur Général Lamina Boto Tsara Dia. La circulation de la monnaie peut en effet conduire à un blanchiment d’argent, d’évasion fiscale… Le numéro un du SAMIFIN estime que l’émission de nouveaux billets, qu’il s’agisse du billet de 20.000 Ariary ou des autres billets, contribuera à augmenter le taux d’inclusion financière.
L’émission de nouveaux billets constitue une opportunité de contrôle de la circulation fiduciaire, la circulation du “cash”. Bien qu’une loi interdisant le paiement en cash d’une somme au-delà de 10 millions Ariary ait été adoptée en 2004, les dispositions de ce texte n’ont pas toujours été respectées. «Avec le changement de billets, les opérateurs seront contraints d’avoir recours aux banques et différents établissements financiers ne serait-ce que pour échanger leurs billets». En d’autres termes, l’émission de nouveaux billets permet à l’Etat de mieux contrôler le flux de cash. Ce flux, s’il s’avère généralisé dans l’économie du pays et non contrôlé, représente un risque de prolifération de fraudes fiscales ou encore de trafic. «Au nom de la lutte contre le blanchiment de capitaux et de la lutte contre le financement du terrorisme, je pense que c’est une opportunité à saisir pour l’ensemble du système dont fait partie le SAMIFIN pour mieux contrôler la circulation de cash».

Collaboration BFM et SAMIFIN
La Banky Foiben’i Madagasikara et le SAMIFIN travaillent déjà de concert ne serait-ce qu’à travers la Commission de Supervision Bancaire et Financière. C’est une structure de supervision qui contrôle les banques primaires notamment pour mettre en œuvre des mesures anti-blanchiment de capitaux et de contrôle de flux qui pourraient constituer un risque de financement du terrorisme.
«Comme nous sommes dans une nouvelle phase de mise en œuvre de la nouvelle stratégie de lutte contre le blanchiment de capitaux, le SAMIFIN et la Banky Foiben’i Madagasikara sont amenés à renforcer cette collaboration afin de prévenir et, au besoin, de détecter les différentes manifestations de pratique de blanchiment ou d’autres pratiques liées au trafic de ressources», a confié Lamina Boto Tsara Dia, DG du SAMIFIN.

C.R

Imprimer Imprimer