Santé : 1 décès sur 5 causé par la pollution de l’air

Les principales formes de pollution, celles qui ont le plus large impact sur les enfants, ne sont pas seulement à rejeter sur les industriels ou les automobiles.
Les réchauds à charbon et une mauvaise aération constituent également des causes à ne pas minimiser

Le problème de la pollution est une urgence absolue. Au niveau mondial, la pollution de l’air à elle seule est responsable de plus de 7 millions de décès. A Madagascar, on estime que plus de 20 pour cent des décès, soit un décès sur cinq, est causé par une exposition à la pollution. L’ONG Pure Earth et l’UNICEF ont conduit pour la première fois un atelier de sensibilisation sur le problème de la pollution et de son impact sur les enfants à Madagascar, hier au Carlton Anosy. “Nous n’espérions pas une telle mobilisation”, confie Jean-Benoît Manhes, Représentant par Intérim de l’UNICEF.
L’atelier a été l’occasion de rappeler que la pollution est multiple et ses impacts majeurs, en particulier sur les enfants. Air, eau, sol peuvent être affectés, parfois pour de longues périodes, par de multiples polluants qui ont un impact sur la survie, la croissance et le bien-être de la population, en particuliers les plus jeunes.
Il est tentant et facile de se concentrer, surtout lorsque l’on arrive à Antananarivo, sur la seule pollution créée par le trafic automobile. Cette pollution est réelle et en partie visible. Toutefois il ne faut pas oublier que les principales formes de pollution, celles qui ont le plus large impact sur les enfants, ne sont pas seulement à rejeter sur les industriels ou les automobiles. C’est la pollution intérieure, causée par des réchauds à charbon et une mauvaise aération qui cause le plus grand nombre de maladies respiratoires des enfants à Madagascar, en ville comme dans les zones rurales ! C’est la pollution bactérienne de l’eau, largement causée par la défécation a l’air libre, qui touche plus de 86% des ménages à Madagascar, selon la dernière enquête du MICS publiée par l’UNICEF.
La pollution a un impact fort, souvent caché. Elle contribue aux maladies respiratoires, au retard de croissance, aux naissances prématurées, a la malnutrition, aux maladies émergentes comme les cancers, au retard mental…. Elle contribue à l’absentéisme à l’école et a la dégradation de l’environnement. Par son impact sur les activités agricoles, par les feux de brousse, par la raréfaction des espèces animales, en particuliers marines, elle contribue à la pauvreté et nuit au développement de Madagascar.
Cependant l’atelier a également permis d’identifier des axes d’action et des moyens de lutte. Il faut que la population soit consciente de la pollution et de son impact. Pour cela, il est urgent d’améliorer la mesure de la pollution, et en particulier de la qualité de l’air, pour pouvoir mieux identifier les sources de pollution et prioriser efficacement la lutte.

Recueillis par JR

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.