Secteur aurifère : 2.423 Kg d’or exportés en 2019

Transparence. L’Agence Nationale de la filière Or (ANOR) vient de publier l’évolution de l’exportation officielle de l’or depuis 1960. L’année dernière, 2423,4 kg d’or ont été exportés officiellement. Nul besoin de rappeler que depuis la levée du monopole de la Banque Centrale sur l’exportation de l’or, un opérateur peut exporter le métal jaune, à condition de se conformer aux différentes procédures et formalités prescrites par la législation en vigueur, sans oublier l’acquittement des taxes et redevances minières. C’est un 2018 que le volume d’or exporté officiellement a été le plus important, avec 3,051 tonnes soit plus de 3000 kg. L’on estime pourtant le potentiel de production entre 10 à 20 tonnes par an. Force est de constater que la filière or à Madagascar est dominée par l’exploitation artisanale et la multiplicité des acteurs œuvrant dans l’informel.
Le rôle de l’ANOR est d’harmoniser la filière «or» et d’asseoir la traçabilité du circuit. Elle assure pour cela la formalisation des acteurs de l’or, de l’orpailleur à l’exportateur, l’encadrement et l’appui aux CTD dans la gestion des activités aurifères locales, la tenue de la gestion des bases de vie sur l’or. Il en est ainsi également du suivi et du contrôle administratifs et techniques des activités sur l’or ainsi que de la collecte et de la mise à disposition de toutes les informations sur le cours de l’or au niveau local, national et international. L’objectif en est d’assurer la traçabilité de l’or depuis l’extraction à la commercialisation, pour l’amélioration des recettes de l’Etat et des retombées positives au niveau des Communes concernées ainsi que des opérateurs.
Une étude de faisabilité sur la SATO ou Société d’Affinage et de Transformation de l’Or avait été réalisée, la mise en place d’une telle société présentant des enjeux majeurs. Nous en reparlerons.

C.R

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.