Secteur Vanille : Bilan assez mitigé

La vanille fait partie des importants produits d’exportation de Madagascar et le secteur est en même temps pourvoyeur de devises.

“Bilan mitigé pour la filière vanille”. C’est la rétrospective de l’année 2019 dressée par Serge Rajaobelina, président de la coopérative Sahanala qui regroupe 5000 planteurs de vanille et non moins membre du Groupement des Exportateurs de Vanille de Madagascar. Selon ses dires, il y a eu une baisse de la demande au niveau mondial, même si la qualité a été assez bonne. Compte-tenu du prix de la vanille, les acheteurs ont décidé de ralentir leurs achats. «On a automatiquement un marché qui est en baisse et donc avec un stock de vanille qui est assez important pour Madagascar en ce moment». A noter que les exportations se font principalement vers les Etats-Unis, l’Europe et le Japon.
La production de l’année dernière est estimée à 1200 tonnes environ, mais le stock qui reste à écouler reste à confirmer auprès du Ministère du Commerce. Des dispositions ont été prises mais ne sont pas encore finalisées pour essayer de repousser la date de fermeture pour permettre à l’ensemble des acteurs de pouvoir vendre sur une plus longue période. «Nous espérons que le ministère du commerce va pouvoir céder à la demande de ne fermer la campagne de vanille qu’au 31 Mai comme il a été demandé par l’ensemble des acteurs pour permettre de continuer à vendre durant cette période» précise notre interlocuteur.
L’on apprend par ailleurs que l’année dernière, il y a eu une meilleure organisation au niveau sécuritaire de la part de chaque acteur que ce soit au niveau des paysans, des collecteurs que des exportateurs. Il y a eu moins de vols sur pieds, bien que ces vols n’aient pas été complètement éliminés. Par ailleurs, une organisation avec les régions DIANA, SAVA et SOFIA est prévue pour mieux organiser la sécurisation et planteurs afin de mieux suivre les problématiques autour de vol de vanille.
Pour la campagne à venir, des volumes assez importants s’annoncent et on risque de partir sur un marché toujours en baisse. Il faut redynamiser les achats sur le marché mondial. Il faut insister sur le fait que la vanille de Madagascar reste la meilleure pour mobiliser les acheteurs. «Même si le marché est en baisse, il faut continuer à faire de la qualité» précise notre interlocuteur. Il espère également que les dates d’ouverture de campagne correspondent à des dates d’ouverture technique par rapport à la floraison. Le Comité Régional d’Observatoire de Floraison CROF élargi aux Ministère de l’Agriculture et celui du Commerce vont se réunir prochainement pour décider de la date la plus propice pour garder qualité et voir le système de contrôle pour sécuriser la filière.

C.R

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.