Sécurité alimentaire : 13 millions de Malgaches en danger

Sécurité alimentaire  : 13 millions de Malgaches en danger

 

Sans les interventions antiacridiennes massives menées dans la Grande île, la sécurité alimentaire de 13 millions de personnes serait compromise. Le Ministère de l’Agriculture et du Développement rural, avec la FAO, avaient préparé un Programme triennal (2013–2016) de réponse à l’invasion acridienne. Cependant, la lutte antiacridienne est confrontée à des problèmes financiers.

A Madagascar, la lutte contre l’invasion acridienne risque d’être perdue à cause du tarissement des fonds nécessaires à la poursuite des opérations engagées pour maîtriser les infestations acridiennes. Ce qui constitue un défi majeur à relever pour garantir la sécurité alimentaire de 13 millions de personnes. Un appel avait été lancé par la FAO, et celle-ci a de nouveau fait part de la situation dans un communiqué, publié hier.
Faute de pouvoir mener à son terme le Programme antiacridien 2013-2016, mis en œuvre par la FAO et le gouvernement malgache, les 28,8 millions de dollars engagés jusqu’à présent ne permettraient pas de se prémunir d’une crise alimentaire susceptible d’affecter une grande partie du pays.
Quelque 10,6 millions de dollars sont actuellement requis pour mener à terme la programme antiacridien, notamment les opérations de prospection et de lutte jusqu’à la fin de la saison des pluies, soit en mai 2015.
Le premier trimestre de l’année est particulièrement critique car il correspond à la deuxième génération de reproduction et à la formation de bandes larvaires.
D’un point de vue biologique, une brève interruption, même de deux mois, des opérations de prospection et de lutte, rendrait vaine la plupart des résultats obtenus jusqu’à présent.

Chute de la production alimentaire dans le Sud

Selon la FAO, jusqu’à 40% des cultures des régions du Sud de Madagascar sont menacées par la crise acridienne. Plus des ¾ des populations des régions de l’Atsimo-Andrefana et de l’Androy sont confrontées à l’insécurité alimentaire qui s’est aggravée par rapport à l’année précédente, car la production de maïs et de manioc a fortement diminué et que la production de riz est inférieure à la normale.
«Il convient d’agir maintenant pour faire en sorte que les efforts importants consentis jusqu’à présent, financièrement et techniquement, ne soient pas perdus», souligne M. Dominique Burgeon, Directeur de la Division des urgences et de la réhabilitation de la FAO.
«L’actuelle campagne est primordiale pour accompagner le déclin de l’invasion acridienne, pour empêcher toute nouvelle flambée d’infestations et arriver à une situation de rémission généralisée», a-t-il ajouté.
De son côté, Patrice Takoukam Talla, Représentant de la FAO à Madagascar, a déclaré que «les coûts qui découleraient d’un arrêt des activités de lutte antiacridienne seraient bien plus élevés que les sommes dépensées jusqu’à maintenant» et qu’«il est donc essentiel pour la Communauté internationale de garder le cap et de mener à terme le Programme de réponse d’urgence».

Recueillis par C.R

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.