Sécurité et sûreté maritime : Le système d’identification automatique déployé

La protection de l’espace maritime contre les trafics en tout genre fait partie des priorités. C’est dans cette perspective que le projet OASIS-TU est initiée. Un système performant d’identification des navires est alors mis en oeuvre.

Le Centre de Fusion d’Informations Maritimes (CFIM) en collaboration avec le Commandement des Forces Navales, l’Autorité de Régulation des Technologies de Communication, l’Agence Portuaire Maritime et Fluviale et le Centre de Surveillance des Pêches ainsi que l’Agence Spatiale Britannique, l’Exact Earth et le Stone Three a initié un projet-pilote dénommé «OASIS-TU» dans le cadre de la promotion de la stratégie gouvernementale en termes de sécurité et de sûreté maritime.
Le projet consiste à mettre en place, à titre gratuit, des Systèmes d’Identification Automatique (SIA) sur des navires non-conventionnels de commerce et de pêche de petite et de moyenne tailles. L’objectif général est de permettre aux propriétaires et aux administrations étatiques œuvrant dans le secteur de la sécurité et la sûreté maritime de suivre en temps réel les mouvements et les activités des navires à partir d’une plateforme de suivi satellitaire et d’application téléphonique.
Le déploiement de la première vague de balises sur des navires non-conventionnels a eu lieu du 02 au 09 mars dernier à Toamasina et à Sainte-Marie. Le déploiement de la deuxième vague de balises débute cette semaine a Nosy-Be et se poursuivra jusqu’au 22 Mai prochains. Tel que nous l’avions rapporté dans nos colonnes, les abords de Nosy-Be constituent une zone rouge de transit de drogue dure, Madagascar étant une plaque tournante de trafic de ces substances psychotropes qui sont, par la suite, acheminées vers Maurice ou vers les Seychelles. Dans la plupart des cas, ce sont des voiliers et des navires de plaisance qui sont utilisés pour le transit, ce qui rend leur détection difficile.
Le Système d’Identification Automatique permet non seulement d’œuvrer plus efficacement en matière de sauvetage en mer, mais surtout de lutter contre les trafics par voie maritime. Nous en reparlerons.

C.R

Imprimer Imprimer