Suicide : 8 cas par semaine à l’HJRA

Le suicide devient un phénomène national. Force est de constater l’effectif de plus en plus croissant des suicidaires à Madagascar.

Environ huit tentatives de suicide par semaine sont enregistrées par le service de la Réanimation et de Toxicologie du Centre Hospitalier Universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona (CHU JRA). En ce moment, ce phénomène touche, désormais, toutes les catégories d’âge de 12 à 75 ans, s’il n’était auparavant qu’un problème des adolescents.
Le suicide constitue un problème majeur de Santé publique et un comportement autodestructeur. Des cas de suicide sont parfois liés à une forme de trouble mental et, généralement, causé par la dépression.
Ce phénomène a tendance à prendre de l’ampleur dans la société malagasy, selon une source médicale. En termes de sexe, cela touche tout autant les hommes que les femmes. Toutefois, le nombre est plus élevé chez les personnes mariées que chez les célibataires. Problèmes conjugaux, sentimentaux… sont autant de motifs qui amènent les gens à mettre fin à leurs jours.
Le suicide se manifeste sous diverses formes dont la plus fréquente se traduit par l’ingurgitation de produits considérés de toxiques, tels que les insecticides, les raticides, produits très prisés chez les suicidaires des milieux ruraux. L’absorption de doses excessives de médicaments (paracétamol et aspirine dans la majorité des cas), de nuvan, de l’acide, sont également un mode de suicide très courant, enregistré au CHU JRA.
Durant l’observation médicale, les motifs du suicide sont à examiner, dans certains cas, la personne suicidaire ne veut pas nécessairement mourir et dans la plupart des cas, son geste est seulement un appel de détresse lancé à l’endroit de son entourage. Et s’il s’agit de problèmes familiaux, les médecins traitants s’entretiennent avec la famille concernée.
Le service de la Réanimation et de la Toxicologie de l’hôpital HJRA collabore avec les services psychiatriques, certains malades à risques nécessitent l’accompagnement de psychologues afin d’éviter les récidives.

Jemima R

Imprimer Imprimer