Taxe sur les bondillons : Le SIM souhaite une réunion d’urgence

Il importe de soutenir les industries locales et les créations d’emplois dans le pays.
Par cette décision sur les bondillons, le Syndicat des Industries de Madagascar ne se sent pas soutenu et présente ses inquiétudes. Une décision qui ne sera pas encore opérationnelle qu’après examen par le Sénat.

“C’ est désolant. Nous allons demander une réunion d’urgence avec le gouvernement”. C’est en ces termes que s’est exprimé Hassim Amiraly, président du Syndicat des Industries de Madagascar, réagissant sur l’adoption samedi dernier du projet de loi de finances 2020 après amendements par les députés. Le gouvernement et le secteur privé se sont pourtant mis d’accord pour que les taxes sur les bondillons de savon soient portés à 20%, mais les députés ont amendé la disposition en maintenant ce taux à 10%, déplore notre interlocuteur.
Selon le président du SIM, il importe de soutenir les industries locales et les créations d’emplois dans le pays. Il estime que les bondillons de savon ne sont pas des matières premières. Selon d’autres observateurs, la production de bondillons représente 80% de la chaîne de production de la saponification et les pseudo-savonniers se contentent de conditionner des savons qui s’importent sous une autre forme, celle de «bondillons» qu’ils conditionnent juste avec une simple ligne de finition. La Savonnerie Tropicale, industrie locale fabrique pourtant des bondillons de savon et pourrait en assurer l’approvisionnement.
Quoiqu’il en soit, le projet de loi n°05/2019 du 30 octobre 2019 portant Loi de Finances 2020 devra encore être examiné par le Sénat.

C.R

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.