Trafic de bois de rose : Les 18 chinois enquêtés au parquet de Toamasina

 

Le combat contre le trafic illicite de bois précieux malgaches semble bien démarrer, après la saisie et la capture d’un bateau et de ses occupants. Des zones d’ombre entourent, notamment, l’identité de l’embarcation. Avons-nousaffaire également à des voleurs de bateaux?

Les 18 Chinois, membres de l’équipage du bateau arraisonné à Maroantsetra puis transféré à Toamasina, dimanche dernier, seront auditionnés à partir de ce mardi 27 Juillet 2015, nous a confié le Général Njato Andrianjanaka, le Commandant de la CIRGN Atsinanana hier. Ces ressortissants chinois, actuellement placés en garde à vue auprès de la Gendarmerie de Toamasina, seront enquêtés pour leur présence sur les eaux malgaches ainsi que leur itinéraire, a-t-on appris. Ils sont soupçonnés d’avoir collecté des bois de rose malgaches sur les côtes de la Grande Île.

Faux documents

Les documents du navire en question semblent être illégaux. D’après les informations recueillies, d’autres documents attestant un autre nom du même navire ont été découverts à bord de l’embarcation. Ce qui a alimenté les soupçons des gendarmes et qui les ont décidés à procéder à une nouvelle fouille du navire, ce jour. Les résultats seront confrontés aux déclarations de l’équipage, lors de leur audition.

Sainte Marie

Une publication dans les réseaux sociaux montre sur une photo, l’embarquement à bord d’un bateau d’une cargaison de bois de rose au large de l’île Sainte Marie. D’après Anthelme Ramparany, le ministre de l’Environnement sortant, le bateau sur la photo serait celui arraisonné par les autorités malgaches à Maroantsetra. Une information qui confirme de nouveau l’usage par les membres de l’équipage de faux documents.
En tout cas, plusieurs entités sont concernées sur cette enquête, notamment la gendramerie, l’Apmf, la douane malgache, les services de la pêche ainsi que celles de l’environnement et des forêts.

Marc A.

Imprimer Imprimer