TVA sur les aliments de bétail : Une décision anti-économique, selon les éleveurs et MPE

Les membres de Malagasy Professionnels de l’Elevage (MPE), les éleveurs, les opérateurs et les vendeurs de bétails disent non à l’application de la TVA de 20% sur les aliments de bétail : tourteaux et maïs. Notons que cette taxation est introduite dans le projet de loi 2020, lequel est passé en lecture au sein de l’assemblée nationale hier. «C’est une décision antiéconomique» dénoncent ces acteurs concernés.
Aucune consultation au préalable n’a été effectuée avec les acteurs de la filière élevage avant de prendre cette décision qui aurait un impact négatif sur le prix de certains produits sur le marché, a souligné Rabearivelo Andriamananarivo, PCA du MPE. Notons que le maïs fait partie des 60 à 70% des produits nécessaires à la fabrication des aliments de bétails entre autres le poulet de chair, le porc, le poisson et autres, d’ailleurs, un élément essentiel à la production de foie gras. Après le riz, le maïs constitue la deuxième base alimentaire des Malagasy. Les agriculteurs se plaignent également de la baisse du taux de récolte lors de la période 2018-2019, suite à la prolifération des chenilles légionnaires dans plusieurs parties de la Grande Île. Ce qui ne fait qu’empirer la situation.
Si la taxation serait appliquée, le prix des aliments de bétail sera de nouveau en hausse de 25 à 40%, et cela va augmenter le prix de revient des éleveurs, engendrant ainsi une perte totale pour eux. Cependant, au final, ce sont les consommateurs qui en paieront le prix fort car les éleveurs prévoiront une hausse de 50% des produits, malgré le pouvoir d’achat des Malagasy qui est déjà très faible, déduit de la faible consommation en poulet de chair et œufs.

Autres mesures

Les membres de Malagasy Professionnels de l’Elevage (MPE) sont conscients du faible taux de recouvrement fiscal, et de l’objectif de l’Etat d’augmenter les recettes fiscales. Ainsi, ils suggèrent à l’Etat de ne pas appliquer la taxation sur les aliments de bétail et plutôt d’en appliquer sur chaque bétail, afin de formaliser le secteur.
Ces entités sollicitent une rencontre avec l’Etat pour discuter de cette situation.

jemimaR

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.