Promotion du tourisme : Rajoelina annonce la renaissance de Nosy-Be

 

 

 

 

Lors de sa seconde journée de visite à Nosy-Be, le président Andry Rajoelina et son épouse ont participé aux activités du festival « Marokintana ». Une occasion pour le chef de l’Etat d’annoncer que le tourisme est actuellement en pleine renaissance à Nosy-Be après la crise de Covid19. Il a notamment rappelé les mesures incitatives, inscrites dans le Plan Emergence de Madagascar, afin d’attirer plus de touristes et d’opérateurs touristiques au pays.
L’exonération de TVA dans la mise en place de complexes hôteliers et touristiques, l’exonération de droits de douane et de taxes sur l’importation des bateaux de croisière, catamarans, montgolfières destinés à la diversification des offres et activités touristiques, font partie de ces mesures, d’après le président de la République. Le chef de l’Etat en a profité pour faire savoir que Nosy-Be est actuellement desservie par 13 vols internationaux hebdomadaires avec 1.500 touristes en visite actuellement sur l’île.
Toutefois, le chef de l’Etat entend renforcer davantage la protection des ressources naturelles et la surveillance côtière de Madagascar contre la pêche illégale et non réglementée. Ainsi, 2 bateaux ont été remis à la ville de Nosy-Be et 6 autres navires répartis à Fort-Dauphin, Toliara, Morondava, Maintirano, Maroantsetra et Farafangana. L’acquisition de ces navires résulte de la coopération du gouvernement avec la Banque mondiale dans le cadre du projet SWIOfish2, qui permettra d’acquérir 21 autres bateaux prochainement.
De nombreux efforts ont été concédés par le gouvernement pour promouvoir le secteur pêche et économie bleue étant donné l’enjeu lié à la maîtrise du littoral et de la vaste «Zone Economique Exclusive» comme facteur de développement de Madagascar.
Lors d’une virée en bateau autour de l’île, le couple présidentiel a eu l’opportunité d’observer des requins baleines dans leur habitat naturel. Les requins baleines sont la plus grande espèce de cétacé au monde et peuvent vivre jusqu’à 150 ans. Menacés d’extinction, ils doivent être surveillés et protégés.

Marc A.

Imprimer Imprimer
Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.