Premier ministre : un  faux vrai débat

La nomination du Premier ministre constitue, maintenant encore, le principal sujet de conversation. Mais le vrai débat est autre.  Quelle sera la réponse du Président de la République. Au-travers de ses déclarations en un mois d’exercice, le profil se dessine de la sorte :   un  technicien hors pair,  rassembleur, capable de mener à bien la politique générale du Président de la République. Ce Premier ministre ne  devrait appartenir à aucune mouvance politique, en principe. Mais il n’est ni contre Rajoelina, ni contre Ravalomanana. Bref, c’est un oiseau rare qui inspire aux bailleurs de fonds la confiance. Cette personne existe-t-elle ?  Le MAPAR a choisi Haja Resampa. C’est son droit. Mais, comme nous ne sommes ni en régime présidentiel ni en régime parlementaire, le Président a tous les droits également. Celui de demander un autre nom.
En tout cas, elle ne figure pas dans le premier cercle autour de Hery Rajaonarimampianina. Du moins officiellement. Mais on estime que le Président de la République, après les dénigrements qu’il a essuyés publiquement, n’aura plus  d’état d’âme à  refuser de nommer toute personne qui ne convient pas à la gouvernance qu’il envisage de mettre en place.
Cela dit, la pression sur le futur Premier ministre est devenue aussi réelle que la menace de dissolution de l’Assemblée nationale. Jusqu’ici, nous sommes au round d’observation. Jusqu’à dimanche dans la soirée, le fameux parti majoritaire n’arrivait pas à présenter de manière formelle un nom.
Le futur Premier ministre sera surveillé de près et par le Président de la République et par les députés. Mais aussi par tous les politiciens qui se sont livrés bataille autour de sa personne. Que cette personne le veuille ou non, d’entrée de jeu, elle sera la cible.  Et elle aura besoin d’un parapluie suffisamment grand pour pouvoir diriger le gouvernement.  L’Assemblée nationale, avec ses jeux politiques mouvants, ne peut pas  assumer ce rôle.
Le futur Premier ministre sera, en premier lieu, redevable au Président de la République qui a le pouvoir de le démettre à tout moment. Même s’il est foncièrement MAPAR et Rajoelien, il est responsable devant Hery Rajaonarimampianina.
Autrement dit,  dans  le temps, le débat sur la nomination du Premier ministre sera dépassé par la gestion des  affaires de l’Etat. Et bien plus, quelles que soient les explications données, le Président de la République a le dernier mot dans la formation du gouvernement.  C’est lui qui nomme les ministres. Et c’est lui qui  façonne l’organigramme du gouvernement d’union. Oui, d’union. Fusible par excellence, le futur Premier ministre sera en connaissance de cause.