Ma-TV

A la UNE:

Conjoncture : Mauvaise passe pour quelques ministres

Le gouvernement est opérationnel, les institutions sont là. Après l’investiture du nouveau président de la République au mois de janvier, l’opinion s’attendait à un démarrage sur les chapeaux de roue. Malheureusement, ce n’est pas le cas. Le pays vit encore au ralenti. Quelques ministres sont dans une mauvaise passe, pour ne pas dire sur la sellette. 

Délestages

Le ministre de l’Energie, Richard Fienena, a hérité d’une situation bien pénible en entrant dans son département. Avec sur les bras les problèmes récurrents de la Jirama, plus particulièrement l’incapacité de cette compagnie nationale à distribuer comme il se doit le courant électrique et d’en assurer la continuité. Le problème ne date pas d’aujourd’hui et la cause ou les causes sont connues : l’utilisation des centrales thermiques, dévoreuses de gas-oil, l’insuffisance des centrales hydro-électriques et l’incapacité de l’Etat à verser « régulièrement » sa part dans l’achat des carburants et lubrifiants pour faire fonctionner les machines. Les dettes de l’Etat envers les distributeurs pétroliers s’élèvent à des milliards d’ariary, selon les dernières informations. Le Trésor public a fait des efforts pour combler le gap, mais se trouverait également dans une situation difficile actuellement.
Les délestages concernent tout le pays et la grogne s’amplifie. L’opinion ne comprend pas pourquoi les ménages paient déjà assez cher la facture de la Jirama alors que le service laisse beaucoup à désirer. L’économie est pénalisée. Les grosses industries comme les petits métiers souffrent des coupures intempestives du courant. Le PRM a promis une enquête, mais cela ne résoud pas ici et maintenant le problème.

Invisible

Un autre département brille également par son silence, ou plutôt par la transparence de son ministre. Il s’agit de celui de l’Indudtrie, du développement du secteur privé et des PME. Jules Etienne, un des candidats exclus par la HCC dans la course à la magistrature suprême mais qui a eu la bonne idée avec l’autre candidat devenu PM, Kolo Roger, de présenter à leur place l’actuel président de la République, est devenu presque invisible. Son département est pourtant un de ceux qui devront assurer le redécollage économique de la Grande Île, selon le Programme Général de l’Etat. Selon diverses sources, le ministre semble ne pas adhérer à la façon selon laquelle les affaires de l’Etat sont conduites. Des divergences de point de vue entre lui et le président de la République se font également ressentir dans les coulisses d’Ambohitsorohitra. Au devant de la scène les premiers mois de présidence de Hery Rajaonarimampianina, Jules Etienne s’est petit à petit retiré, même s’il n’a pas été exclu. Selon certaines sources, le prochain remaniement pourrait le concerner.

Premier fusible

Une situation des plus inconfortables également pour le ministre de l’Agriculture et du développement rural, Roland Ravatomanga. Seul ministre de la mouvance Ravalomanana dans le gouvernement, il symbolise la politique d’ouverture prônée par le PRM lors de son investiture. Malheureusement, la situation a évolué. Avec le retour maintes fois reporté de l’ancien président de la République, Marc Ravalomanana, la présence du ministre au sein du gouvernement est menacée. Celui-ci aurait beau être efficace, les récents propos de son chef de file ne militent guère en sa faveur. Comme les députés de la mouvance sont des personnalités élues donc intouchables, Roland Ravatomanga, déjà ministre de consensus sous Beriziky, serait la première fusible à sauter si le divorce entre Marc Ravalomanana et le régime actuel est consommé.

Vol de bovidés et insécurité

La situation est loin de revenir à la normale dans le Sud de Madagascar, malgrè les opérations « Coup d’arrêt ». Les dahalo continuent à sévir, provoquant la détresse extrême de la population qui ne sait plus à quel saint se vouer. Les bétails disparaissent, les réglements de compte et les assassinats se poursuivent en dépît de la présence massive des forces de l’ordre dans la région. Le ministre Dadafara, de son vrai nom Joseph Martin Randriamampionona, n’a pas encore trouvé les clés pour fermer la porte aux trafics de bovidés et pour arrêter la corruption qui favorise les vols dans cette partie de l’île. Même topo pour les nouveaux ministres chargés de rétablir l’ordre et de garantir la sécurité sur le territoire. L’insécurité tant urbaine que rurale est notoire. Il n’y pas un jour qui passe sans qu’on n’entende une attaque à main armée suivie de mort d’hommes dans la Grande île. Passe encore les trafics en tout genre, les bois de rose, les pierres précieuses, les espèces endémiques et autres. De ce côté-là, la population ne voit rien venir. Il n’y a plus un coin tranquille à Madagasc ar. Tout le monde est menacé et n’a pas la garantie de revenir vivant en sortant de chez lui. Ici, on vous tue même pour quelques malheureux billets…

Mamy Razafy