Ma-TV

A la UNE:

Bailleurs de fonds : 240T d’or exportées illicitement

Avant le bois de rose, le trafic d’or a fait parler de lui à Madagascar. Malheureusement, au même titre que nos ressources forestières, l’or malgache n’enrichit que ceux qui tirent profit de son exportation… illicite s’entend

Les frontières malgaches sont qualifiées par les responsables internationaux comme étant des zones non protégées et favorisant les expéditions illicites de nos richesses naturelles et minières. Une source informée a fait savoir, hier, que 240 tonnes d’or par an sortent illégalement de Madagascar. Les bailleurs de fonds de Madagascar connaissent ce fait et ont alerté les dirigeants malgaches sur ce phénomène.
Notre source a toutefois revélé que les exploitations effectuées depuis l’indépendance ne représentent jusqu’ici que 2 % de nos ressources aurifères. Un point qui alimente les espoirs des gros investisseurs internationaux. Plusieurs opérateurs miniers, notamment des canadiens et des chinois, sont interessés par l’exploitation aurifère malgache.
Une autre source connaissant ce dossier a indiqué que l’or malgache se vend sur le marché de Dubaï. Le personnel de la surveillance des frontières arrive souvent à mettre la main sur des passeurs d’or dans les aéroports. Les destinations primaires de ces passeurs sont souvent la Thaïlande et le Kenya. Des sources auprès des forces de l’ordre avancent que la destination finale de l’or malgache est, dans la majorité des cas, Dubaï.
L’exportation d’or malgache reste jusqu’ici prohibée, même si elle a faili être libéralisée sous la Transition. La pierre d’achoppement reste les redevances d’exportation jugées trop bas puisqu’elles étaient fixées à 2 %. Le régime Rajaonarimampianina a annoncé depuis le mois de Juillet 2014 qu’une réforme du secteur s’avère nécessaire.
En tout cas, l’or n’est pas le seul produit minier qui intéresse les investisseurs internationaux puisque les terres rares demeurent également pour eux des objets de convoitise. Madagascar est estimé posséder une réserve considérable de ce minerai nécessaire à la fabrication de composants informatiques.

Marc A.