Ma-TV

A la UNE:

Manoeuvre de déstabilisation ?: Pillage des aides destinées aux sinistrés

Un scandale ! Des vivres et du matériel destinés aux malheureux sinistrés du cyclone Chedza viennent d’être dérobés. Jusqu’où peuvent aller ces pilleurs qui se contentent de voler pour survivre ? Mais les observateurs voient ces méfaits d’un mauvais oeil : tentative de déstabilisation du pouvoir ?… Les faits.

Une scène de pillage s’est produite dans le quartier d’Antetezanafovoany. Le magasin de stockage des vivres destinées aux milliers de sinistrés du cyclone Chedza, implanté dans ce quartier, a été vandalisé.
Une trentaine de jeunes, déchaînés, ont pris d’assaut les locaux du «Tsena mora», également destinés à l’hébergement des sinistrés du cyclone Chedza. Ces pilleurs ont dérobé d’importantes quantités de vivres fournies par le Bureau National de Gestion des Risques et Catastrophes (BNGRC) ainsi que du matériel et des équipements destinés à être distribués aux sinistrés, également entreposés dans ces locaux. Une cinquantaine de sacs de riz, des sacs de haricots secs et de pois chiches ont été dérobés.
Le quartier d’Antetezanafovoany figure parmi les quartiers les plus affectés par les inondations causées par le cyclone Chedza. Ce quartier se trouve dans le premier arrondissement de la Capitale et compte 1 200 familles sinistrées.
«Au début, on a perdu le contrôle des actions à mener. A cause d’insuffisance de vivres, des sinistrés des autres quartiers voisins avaient fait la queue ici et il y eut des bagarres durant la distribution des vivres. Aujourd’hui, (Ndlr: hier) les responsables du Fokontany d’Antetezanafovoany se sont mis à distribuer des tickets à leurs propres résidents. Cette méthode d’organisation nous permet de privilégierles sinistrés du quartier avant les non résidents. Nous supposons que les hommes qui ont commis cet acte de vandalisme sont originaires des autres Fokontany voisins», explique un responsable de la distribution des vivres de BNGRC.
Des témoins ont fait savoir qu’une charrette avait été chargée de produits avant de prendre une destination inconnue. Certains de ces pilleurs ont quitté l’endroit, lestés des sacs sur le dos. Les Forces de l’ordre ont eu du mal à maîtriser la foule en colère contre ces faits répréhensibles. Le «Tsena mora» est demeuré fermé depuis hier. « Nous n’avons plus rien à manger !», crie un sinistré, relogé dans ces locaux du «Tsena mora» d’Antetezanafovoany. Ces sinistrés lancent ainsi un appel à l’aide et prient les autorités à considérer leur cas.

Vola R

Imprimer Imprimer