Ma-TV

A la UNE:

Après 10h de réunion à huis clos  Un engagement à l’arraché

 Après des années d’attente, le sommet des 5 Chefs d’Etat est enfin concrétisé. Sur une médiation du FFKM, les 4 anciens Présidents et le PRM Hery Rajaonarimampianina se sont entretenus dans la loyauté et la franchise. Des résolutions ont certainement été adoptées si l’on en croit l’engagement pour un prochain rendez-vous pour d’ici peu.

La Confédération des Églises Chrétiennes de Madagascar (FFKM) a gagné son pari, celui d’arracher un accord aux 4 anciens présidents et au Président de la République de Madagascar. C’est ce qu’a annoncé Mgr Samoela Jaona Ranarivelo, président du FFKM, dans sa déclaration au terme de la « Conférence des 5 Présidents » d’hier, à l’hôtel 5 étoiles d’Ivato. Cette rencontre aura duré près de 10 tours d’horloge.

Les 4 anciens Présidents et le PRM ont mis de côté leur égo et se sont ainsi engagés à se soumettre aux principes du 4F du FFKM lesquels régiront le processus.
Le président du FFKM a saisi cette occasion pour définir les priorités de la Nation, qui se résument à la préservation de l’intérêt supérieur du peuple, à la mise en place d’un climat d’apaisement ainsi qu’à la stabilité. Or, la réconciliation nationale en constitue le principal pilier.
Mgr Samoela Jaona Ranarivelo n’a pas manqué de s’aventurer sur certains points incontournables et qui devraient figurer dans le processus de réconciliation nationale. Il a cité, à titre d’exemple, la relaxation des détenus politiques en 2015 ainsi que le cas de l’ancien président Marc Ravalomanana. Le FFKM s’est toutefois défendu de s’immiscer dans d’éventuelles affaires juridiques, faisant probablement référence à la plainte déposée contre Marc Ravalomanana.
La conférence des 5 Présidents devrait reprendre le 13 janvier 2015, ont annoncé les 4 chefs d’église. Conscientes des enjeux, toutes les parties auraient convenu de mener à terme le dialogue initié par le FFKM et ce, en toute franchise et loyauté.
L’Amiral Didier Ratsiraka a profité de cette occasion pour interpeller à sa manière toutes les parties sur l’importance du patriotisme, en entonnant l’hymne national au moment où l’on s’y attendait… le moins. Geste ô ! combien symbolique et qui témoigne de la volonté de toutes les parties à adhérer au processus initié par les 4 chefs d’église.

L.R