anim20eme

A la UNE:

Manifestation dans la capitale : Marche non autorisée et risques d’affrontement

Que va-t-il encore se passer ce jour ? Manifester dans la rue est un droit, annoncent les uns, mais pas au détriment de la sécurité et de la liberté de circulation, tonnent les autres. Chaque camp persiste dans sa position, d’où le risque…

Alain Ramaroson s’est engagé à tenir une grande marche dans les rues de la Capitale, ce jour. Le face-à-face entre Forces de l’ordre et les manifestants, dirigés par ce politicien, risque ainsi d’être explosif. Alain Ramaroson veut mener une marche dans les grands axes routiers  de la Capitale pour protester contre la cherté de la vie. Antanimena, Ankazomanga, Soarano, Ambohijatovo et Anosy constituent les points de ralliement, indiqués préalablement par Alain Ramaroson. Ce politicien a souligné  que la majorité des Malgaches vit dans la misère totale.  Sans parler des sinistrés des intempéries et de la famine. « Aujourd’hui, se nourrir quotidiennement devient pour la majorité des  citoyens  un véritable casse-tête. Le riz qui est l’aliment de base de la population malgache, est aujourd’hui inaccessible pour la plupart des familles, non parce qu’il y a pénurie, mais parce qu’il n’est plus à la portée de tous les paniers. Récemment, l’augmentation de la facture de l’électricité  est déjà annoncée… C’est déplorable pour un pays comme Madagascar où les dirigeants  n’ont aucune considération pour le peuple. Tout est cher sur le marché. Où allons-nous avec cette souffrance ?…»,  déplore-t-il.
La manifestation, prévue pour ce jour, s’apparentera à une marche  citoyenne et pacifique n’aura aucune connotation politique, selon les précisions apportées par Alain Ramaroson. De son avis, il est à même de l’organiser avec ou sans l’autorisation des responsables de la Sécurité. Ceci dans la mesure où le mouvement sert à alerter les dirigeants face à la situation vécue par la population. Pour lui, le régime actuel doit considérer le social  pour éviter une explosion sociale.
En guise de solution,  Alain Ramaroson  propose  la mise en vente des rondins de bois de rose, saisis à l’étranger. Il faisait allusion aux  7 000 rondins de bois de rose saisis au Sri Lanka, évalués à 175 millions de dollars. On peut verser l’argent, tiré de cette vente, à l’amélioration de la situation sociale du peuple malgache, par la mise en place d’un filet de sécurité.

Marche non autorisée
La  question se pose de savoir si les Forces de l’ordre vont autoriser les manifestants à exprimer librement et pacifiquement leur mécontentement. Rien n’est sûr. Vu la déclaration des  responsables de l’EMMOREG, lors de la conférence de presse d’hier, les observateurs de la vie nationale ont des raisons d’être inquiets.  Lorsqu’on connaît la  détermination de l’équipe d’Alain Ramaroson, l’on peut craindre le pire.  Les Forces de l’ordre, de leur côté, ont déjà annoncé la couleur, en affirmant qu’elles sont déterminées à déployer tous les dispositifs de sécurité pour défendre l’ordre public. « Il  s’agit d’une manifestation non autorisée », précise Robert Randriamananjara, préfet de Police d’Antananarivo. Ce responsable note que cette manifestation a une connotation politique. Et vise surtout à déstabiliser la Capitale malgache.
Le CIRGN le Gal Florens Rakotomahanina, lui, souligne qu’il est du devoir des Forces de l’ordre de veiller à la sécurité publique. Ainsi, tous les dispositifs de sécurité seront déployés dans ce sens. Le Gal Florens Rakotomahanina a averti qu’ils procéderont à l’arrestation des leaders  de ce mouvement.
Les Forces de l’ordre sensibilisent également les citoyens à rester vigilants et à ne pas se laisser manipuler.

Vola R

Imprimer Imprimer