Ma-TV Ajouter un média

A la UNE:

Conjoncture : Le HVM rejette toute décapitation

Effet boomerang ou une roue qui tourne? Malgré leur mansuétude dans l’affaire les opposant à des journalistes, Rivo Rakotovao et Henry Rabary-Njaka sont devenus les hommes à abattre du régime. Ce que n’acceptent pas les partisans du HVM…

Le parti soutenant le Président de la République, Hery Rajaonarimampianina, rejette toute idée visant à le décapiter. Le limogeage de Rivo Rakotovao, ministre d’État en charge des infrastructures, et de Henry Rabary-Njaka, directeur de cabinet de la Présidence, est considéré par les partisans du HVM ainsi que par des alliés du Chef de l’État lors des élections présidentielles de 2013, comme s’assimilant à une manœuvre visant à affaiblir le parti créé au mois de Mai dernier. En effet, ces deux personnalités sont le Président et le Secrétaire Général dudit parti politique.
Des partisans du numéro Un malgache estiment même que le limogeage de ces deux personnalités politiques, occupant des postes importants dans le régime actuel, est pratiquement impossible. Ils sont des hommes de confiance du Chef de l’État et étaient toujours à ses côtés aux premières heures de la présentation de candidature de Hery Rajaonarimampianina, jusqu’à son accession au pouvoir, en passant par les campagnes présidentielles.
Des partisans du régime et proches du Chef de l’État se demandent quelles fautes graves ont commis ces deux personnalités politiques dans l’exercice de leur fonction pour qu’on exige leur limogeage ? « L’exercice de la fonction de journaliste permet-il de limoger ou de remplacer une personnalité du régime ? » se demande un proche du Président de la République, membre du parti HVM. Un autre partisan du régime a annoncé de son côté que Rivo Rakotovao et Henry Rabary Njaka n’avaient démontré aucun signe de velléité visant à museler la presse et agissaient dans leur droit de citoyen en portant plainte pour diffamation.
En tout cas, les revendications des journalistes regroupés au sein de la cellule de crise sont qualifiées par les partisans du régime comme des revendications politiques. Les journalistes incriminés étaient libérés des charges qui pesaient contre eux et avaient été relaxés : à quoi peuvent servir les autres revendications, s’interrogent ces défenseurs du régime ? N’est-il pas temps de songer à la reconstruction du pays, rappellent-ils ?

Marc A.