Ma-TV

A la UNE:

Sommet des 5 à Tanà : Pression internationale

La réconciliation nationale reste toujours un sujet d’actualité. Tous les efforts des autorités, de la Communauté internationale ainsi que des politiciens locaux sont focalisés dans ce sens.

L’organisation du Sommet des 5, regroupant Hery Rajaonarimampianina, actuel Président de la République et les 4 anciens Chefs d’État Andry Rajoelina, Marc Ravalomanana, Didier Ratsiraka et Albert Zafy, serait conditionnée par la reprise des financements internationaux. En effet, la mise en œuvre de la feuille de route est exigée par certaines représentations diplomatiques notamment la Communauté de Développement d’Afrique Australe (SADC). Ce qui met le régime actuel dans l’embarras. D’ailleurs, une partie des grandes puissances internationales dont les États-Unis, exige toujours la mise en oeuvre de cette feuille de route.
Durant son intervention téléphonique au Magro de Behoririka, samedi dernier, Marc Ravalomanana avait annoncé à ses partisans une rencontre de sa délégation avec des responsables de la SADC, à Pretoria, Afrique du Sud. Une occasion, a-t-il dit, de parler de la mise en œuvre de son retour d’exil et notamment du calendrier.
Contrairement à ce qui a été rapporté dans nos colonnes, samedi dernier, quant à l’éventualité d’une rencontre de Hery Rajaonarimampianina avec la délégation de la SADC à New York, ce ne sera pas le cas. La délégation de la SADC devra s’entretenir avec l’ancien Chef d’État à Pretoria.
En revanche, cette délégation de la SADC s’était entretenue avec des officiels malgaches 10 jours plus tôt, puis avec le Numéro Un malgache, à Antananarivo. La probabilité d’une rencontre à New York est infime, nous a-t-on fait savoir.
Par ailleurs, en ce qui concerne la réconciliation nationale, le Président Hery Rajaonarimampianina envisage de faire une déclaration, dans les prochaines semaines, pour lancer ce processus de réconciliation. Dans ce cadre, le retour d’exil de Marc Ravalomanana figurera dans le processus. Toutefois, le calendrier n’est pas encore fixé, nous a-t-on signalé.
Les critiques lancés par Marc Ravalomanana à l’endroit du régime actuel ont été très accentués, la semaine dernière. L’ancien Président de la République n’a pas mâché ses mots en qualifiant les dirigeants actuels de « démagogues ». Il a également annoncé que les financements internationaux ne seront pas débloqués, notamment ceux de l’Union Européenne, sans la mise en œuvre de l’intégralité de la feuille de route. Des critiques qui risquent d’envenimer les relations entre les deux parties qui, jusqu’ici, se sont soutenues, mais pourraient se désolidariser davantage, nous a-t-on confié.

Marc A.