AVG : Disparition de bois de rose déclarés

Si elle était reléguée au second plan depuis ces derniers mois, éclipsée derrière les affaires politiques, l’affaire des bois de rose revient visiblement sur le tapis, avec de nouveaux rebondissements.

“Les chiffres de bois de rose déclarés dans la Région Analanjirofo ont été modifiés”, s’est indigné, hier, Ndranto Razakamanarina, président de l’Alliance Voahary Gasy. L’AVG a été informée d’une réduction du volume de ces bois déclarés. Une source locale nous a précisé qu’en 2010, 2091 rondins de bois de rose ont été déclarés dans la région d’Analanjirofo, à Anjahambe plus précisément. Mais cette quantité s’est amenuisée au fil du temps. En 2017, il ne restait plus que 866 rondins selon un procès-verbal dressé par l’OMC. Compte-tenu de la vulnérabilité de cette localité face aux aléas climatiques, des bois précieux auraient été emportés par la mer. Récemment, les bois déclarés ne sont plus qu’au nombre de 654. Et pourtant, ces bois déclarés ne peuvent être déplacés du fait qu’ils devaient être placés en un lieu plus sûr.
Une fois de plus, Ndranto Razakamanarina s’est dit en faveur du maintien de l’embargo de l’exportation de bois de rose. L’AVG a d’ailleurs mené des actions pour que le business plan de gestion des stocks de bois de rose de Madagascar ne soit pas validé par le Comité Permanent de la CITES. Une libéralisation de l’exportation s’assimilerait à un blanchiment de l’avis de notre interlocuteur puisqu’il s’agira de vendre un produit de vol. Il serait préférable que ces bois précieux fassent l’objet de don pour le patrimoine du pays comme pour la réhabilitation du Rova ou encore de don aux artisans.
En cas de levée de l’embargo, le bois de rose serait inscrit dans l’annexe II de la Cites et pourra être exportée sous condition avec certain un quota après que l’état du peuplement ait été réalisé. Mais cet exercice semble être difficile pour ne pas dire impossible. L’annexe I pour sa part interdit toute exportation. Mais le circuit domestique devrait pouvoir se faire. Force est de constater que les prix de nos ressources sont bradées. Le prix du bois de rose en Asie est 40 fois plus cher que son prix à Madagascar. Cette «braderie» selon ses dires ne concerne pas seulement les bois précieux, mais également les ressources minières et halieutiques. Le président de l’AVG note également que dans le pays, les contrats manquent souvent de transparence