Requête à la HCC : Un groupe de sénateurs s’érige contre Rivo Rakotovao

Réponse du berger à la bergère. C’est ainsi que l’on peut qualifier les réactions d’un groupe de sénateurs à l’initiative du Président du Sénat, menée auprès de la HCC.

Des voix de la chambre haute s’élèvent face à la demande d’avis de la HCC, déposée par Rivo Rakotovao, président du Sénat, visant l’annulation par cette haute juridiction des ordonnances signées par le Président de la République lors de l’absence de l’Assemblée Nationale.
Des représentants des sénateurs de Madagascar dont l’ancien président du Senat et de la HCC le Pr Honoré Rakotomanana, Mananjara Randriambololona, Johary Rajobson, Day Rabenony, Berthin Randriamihaingo, Elisa Alibena Razafitombo ont tenu une conférence de presse hier, à Andrefan’Ambohijanahary, pour apporter des éclaircissements à ce sujet qui fait polémique. Dans une déclaration commune, lue par Day Rabenony, ces sénateurs ont dénoncé le comportement abusif du président du Sénat Rivo Rakotovao. Ils ont souligné que cette requête déposée par Rivo Rakotovao auprès de la HCC n’était pas une décision du Sénat. Il s’agit d’une initiative unilatérale, prise par le président du Sénat et son cabinet. Les sénateurs n’ont pas été préalablement consultés pour ce faire.
Randriambololona Mananjara a fait remarquer que le Président de la République Andry Rajoelina s’est bien conformé à l’article 104 de la Constitution. Ce sénateur a rappelé que le Président de la République a obtenu le pouvoir de légiférer par ordonnance, à partir du vote de la majorité des députés et des sénateurs.
Il n’y a donc pas de raison de demander l’annulation des ordonnances signées par le PRM. La requête du président du Sénat n’est pas du tout fondée.
Pour sa part, le Pr Honoré Rakotomanana, ancien président du Sénat et de la HCC, souligne qu’il est impossible de faire machine arrière. Annuler, par exemple, l’ordonnance portant loi de finances, reste illusoire.
Le Pr Honoré Rakotomanana a rappelé que la chambre haute reste la garante de la stabilité des institutions. Elle joue le rôle de conseiller du gouvernement. L’ancien président du Sénat lance un appel en faveur du respect du «fihavanana» et à l’apaisement.

Vola R

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.