AFD : 27 milliards Ariary pour la conservation des aires protégées

AFD : 27 milliards Ariary pour la conservation des aires protégées

Le ministère des Finances et du Budget a signé hier la première convention de l’année, laquelle a été conclue avec l’Agence Française de Développement. Cette convention vise la conservation des ressources naturelles et le développement économique durable de la région DIANA.

Une convention de financement relative à l’octroi d’une subvention d’un montant de 7 millions d’euros, soit 27 milliards d’Ar environ a été signée hier entre l’Agence Française de Développement et le ministère des Finances et du Budget, en présence du ministre de l’Environnement et de l’Ambassadeur de France auprès de la République de Madagascar. Cette convention s’inscrit dans le cadre du projet «Kobaby», un dialecte signifiant «qui prend soin, qui protège», a indiqué SEMme Véronique-Vouland Aneini, Ambassadeur de France à Madagascar. Il s’agit d’un projet de renforcement des aires protégées et de développement local dans la région Diana. Il sera mis en œuvre dans 9 aires protégées dont 6 nouvelles aires protégées NAP et 3 aires protégées historiques gérées par le Madagascar National Park.
«La France, à travers l’AFD, intervient dans le domaine de la conservation de la biodiversité et des aires protégées depuis 2006 avec pour finalité de créer des opportunités de développement fondées sur une gestion durable des ressources naturelles». La région Diana présente une grande variété d’habitats terrestres et marins abritant des espèces menacées. Le projet contribuera ainsi à la préservation des forêts sèches et humides, des récifs coralliens et des mangroves de la région.
Vonintsalama Andriambololona, ministre des Finances et du Budget a salué la signature de cette convention qui porte sur un secteur primordial pour le développement du pays. La contribution de l’Etat malgache s’élève à 5 milliards d’Ariary. La protection de l’environnement est impérative pour le développement, selon ses dires. Nul besoin de préciser que les dégâts environnementaux ont des impacts négatifs sur le développement, la capacité de production et le climat.
Le Projet Kobaby s’appuie sur la nécessité d’une approche intégrée avec deux stratégies complémentaires, la conservation des richesses de la biodiversité au bénéfice de l’humanité et la valorisation au bénéfice de la population riveraine. Il renforcera la gouvernance et la gestion des aires protégées et contribuera aux politiques publiques en matière de conservation de la biodiversité. Il concourra également au développement local, notamment au travers des activités de renforcement des filières à haute valeur ajoutée et du tourisme, et à la réduction des déséquilibres sociaux, les populations rurales, étant les premières victimes de la perte de services écosystémiques. Le projet Kobaby sera mis en œuvre par la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Écologie et des Forêts, avec une assistance technique.

C.R

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.