Affaire Arnaud  : Deux autres individus recherchés

Nouveaux rebondissements dans ce que l’on appelle «affaire Arnaud». De nouvelles arrestations, de nouvelles têtes recherchées. Affaire à suivre.

Une dizaine de personnes, dont trois individus qualifiés d’extrêmement dangereux, sont activement recherchés par les Forces de l’ordre dans le cadre de l’affaire de kidnapping de Toamasina. Selon les précisions fournies par le Contrôleur Général de Police, Alain Bruno Andrianirina, Directeur de la Police Judiciaire (DPJ) à l’issue d’une conférence de presse donnée à Anosy hier. Il s’agit de Stéphanie, de Veniste et d’un dénommé Sôla. Tous ces individus ont un lien commun, ce sont des chefs de gang, issus de différentes associations de malfaiteurs. Ce sont également des multirécidivistes, des repris de Justice qui viennent à peine de purger leurs peines d’emprisonnement. Leur situation carcérale fait état d’une récente relaxation, soit le 30 décembre 2015 pour Veniste, et le 31 décembre 2015 pour Stéphanie. Coïncidence ou non, le DPJ a saisi cette occasion pour annoncer que Lejo, un autre suspect appréhendé à Farafangana, est passé aux aveux et a révélé que ces complices sont, entre autres, composés de détenus, lesquels n’ont pas encore purgé leurs peines et sont expressément relâchés pour effectuer « certaines missions », probablement liées à cette série de kidnappings.
« Les investigations se poursuivent afin de déterminer le ou les principaux cerveaux de cette affaire de rapt, la Brigade Criminelle remonte progressivement la piste en fonction de ce genre d’aveux », a fait savoir le DPJ. L’enquête a également permis de conclure que Freddy, actuellement détenu à la prison de Tsiafahy, aurait contacté les ravisseurs de Toamasina par voie téléphonique, a souligné le DPJ.
Le Contrôleur Général de Police, Alain Bruno Andrianirina, a également tenu à interpeller le père d’Arnaud, qui a enchaîné les déclarations à propos de cette vague d’arrestations, se targuant d’en être l’auteur. « Les procédures d’interpellation ne relèvent pas de l’attribution de civils, mais de celle des autorités judiciaires, soit des Forces de l’ordre enquêteurs », a tenu à rappeler le DPJ.
En ce qui concerne les 4 Kalachnikovs, saisis dans le repaire des ravisseurs à Toamasina, ainsi que les 119 balles et les 2 grenades offensives, le DPJ a précisé qu’ils appartiendraient à d’autres corps et non à celui de la Police nationale, et dont les armes de fonction comportent des marques facilement reconnaissables.
Une dizaine de prévenus, suspectés d’être impliqués dans cette affaire, devraient être déférés au parquet dans les prochains jours, toujours dans le cadre de cette affaire de kidnapping du jeune Arnaud.

L.R

Imprimer Imprimer