Affaire Tahisy : Enquête ouverte

L’association Fitia ne prend pas à la légère toute affaire qui concerne les violences basées sur le genre.

“Je suis de près l’affaire de Tahisy, et la Brigade féminine de Proximité (BFP) ainsi que tous les acteurs concernés par la lutte contre la Violence basée sur le genre, prennent en charge cette affaire. Nous avons une loi contre la VBG, et elle doit être respectée et appliquée. Le tribunal spécial sur la VBG pourrait démontrer la vérité dans cette affaire. Nous ne tolérerons aucune forme de violence, ni physique, ni morale, ni économique”, tels ont été les propos de la présidente de l’association Fitia et non moins ambassadrice de l’UNFPA à Madagascar dans la lutte contre la VBG, Mialy Rajoelina dans la page officielle de l’Association Fitia. Ainsi, une enquête est donc ouverte sur cette affaire qui tient en haleine les internautes des réseaux sociaux, autour du décès de la jeune femme et son enfant mort-né. Selon les explications apportées par le Commissaire Divisionnaire de la Police Mandimbin’ny Aina Randriambelo , dans le cas de Tahisy, chaque citoyen responsable a le devoir de dénoncer et de signaler toute violence qu’il constate, surtout commise à l’endroit de personnes vulnérables. L’identité des personnes qui signalent un cas de violence reste anonyme et ces personnes sont protégées. Et même sans plaignant, une saisine d’office peut s’appliquer.
La présidente de l’association Fitia fait appel à chaque citoyen à signaler aux numéros verts 147 et/ou 813 tout cas de violence existant. Le centre spécialisé de Mahamasina est également prêt à prendre en charge ces affaires. Des professionnels accueilleront les victimes, et les orienteront. De plus, la dénonciation peut se faire directement sur la page officielle de l’Association Fitia.

jemimaR

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.