ASYREC : Faciliter le dédouanement des secours d’urgence

A ce jour, des conteneurs renfermant des aides humanitaires sont toujours en souffrance au Port de Toamasina. «Cela empêche les populations affectées de recevoir l’aide nécessaire pour vivre et survivre», précise Virginie Bohl du Bureau des Nations-Unies pour la Coordination des Affaires Humanitaires OCHA. C’est pour y pallier que le projet ASYREC (Système Automatisé de traitement des envois de secours d’urgence) a été initié. Selon ses dires, il s’agit d’un module spécifique créé en couloir humanitaire informatique pour prioriser, faciliter et accélérer l’importation de l’aide en cas d’urgence. L’objectif est en effet d’améliorer et de faciliter le traitement des aides en cas d’urgence humanitaire, à travers le système douanier Sydonia World. Et ce, afin d’accélérer et de faciliter le dédouanement et la mainlevée des envois en cours.
Jusqu’ici, lorsqu’un cataclysme naturel survient, il faut qu’une franchise soit décidée en conseil des ministres, avec toute une procédure à suivre alors que des secours d’urgence doivent être mobilisés. Le système développé par l’OCHA et le CNUCED permettra de mettre fin à cette lourdeur de procédure, selon les précisions de Lainkana Zafivanona Ernest, Directeur Général des Douanes. Il importe d’anticiper et d’être réactif, selon ses dires. Madagascar étant exposé au cataclysme naturel, il fait partie des parties pionniers de ce projet ASYREC qui prendra quelques mois avant sa mise en place effective.

Gestion des besoins

Lorsque des catastrophes naturelles surviennent, nombreux sont ceux qui offrent des donations, qui cependant, ne sont pas nécessairement utiles. A Toamasina, de nombreux conteneurs sont en souffrance. De nombreuses marchandises ont même fait l’objet de vente aux enchères, révèle le Directeur Général des Douanes. C’est le cas des bars protéinés, qui finalement ont été mis en enchères pour servir à alimenter des poissons. Il faut éviter que pareils cas se reproduisent. Il appartient à la cellule de crise de déterminer les besoins (telle quantité de riz, de couverture…) en cas de crise et ce sont ces besoins-là qui seront pris en compte dans le système et bénéficier ainsi d’une franchise. Les donations autres que celles qui répondent aux besoins devront être soumises à des taxes.
Un atelier sur le démarrage du projet ASYREC s’est tenu pendant deux jours dans la capitale. Représentants de l’administration douanière, autorités nationales chargées de la gestion des catastrophes, départements ministériels en charges des autorisations d’importation, transitaires et organismes humanitaires y ont pris part.

C.R

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.