Bacc 2018 : Exclusion à craindre pour les candidats aveugles

9candidats malvoyants sont recensés dans tout Madagascar pour affronter l’examen du baccalauréat pour cette session 2018, dont trois à Antsirabe, trois autres à Antananarivo, un à Ambositra et les deux restants à Farafangana. Les candidats se trouvent dans une situation délicate selon les informations recueillies. A quatre jours du jour J, le Ministère de tutelle, le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique n’a pas encore, jusqu’au moment où nous mettons sous presse, effectué la transcription des sujets en braille, comme ceux effectués aux examens du CEPE et du BEPC. Notons que les candidats en situation de handicap, malvoyants ou malentendants ont les mêmes sujets, même durée de travail comme les autres candidats normaux. Pour les candidats aveugles ou non voyants, leurs sujets sont présentés en braille, et ils doivent rédiger leurs copies sur des machines à écrire afin que les correcteurs puissent les lire et les corriger.
Ces candidats, actuellement, craignent d’être privés des épreuves du baccalauréat, car la transcription de sujets en braille nécessite des moyens matériels, humains ainsi que d’autres organisations. Ce qui multiplie l’angoisse des candidats aveugles, maintenant que l’examen approche, a souligné Haingo Ratobimiarana, Coordonnateur du Projet Voatra Asa, de la Fédération des Associations des Aveugles de Madagascar. Cette situation parait une forme d’exclusion, toutefois nous voudrions une éducation inclusive, a souligné Haingo Ratobimiarana.
Faut-il rappeler que ce n’est pas la première fois qu’une telle situation se produit. En effet, l’année dernière les quatre candidats malvoyants d’Ambositra n’ont pas pu assister aux épreuves sans le recours de la Fédération des Associations des Aveugles de Madagascar (FAAM) d’Antsirabe, à la dernière minute. Toutefois les personnels de la FAAM n’avaient perçu que la moitié de leur vacation.
Notons qu’une nette collaboration entre le MINSUP et la Fédération des Associations des Aveugles de Madagascar s’avère nécessaire pour qu’un tel problème ne se produise plus, et que l’éducation soit inclusive.
Soulignons que Madagascar a signé la convention internationale des droits des personnes handicapées à une éducation inclusive, et il faut la respecter.

jemima R

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.