Banque Mondiale : 4 recommandations pour améliorer la croissance à Madagascar

L’objectif du Mémorandum économique de Madagascar, présenté hier, est d’éclairer le dialogue politique sur la manière de mettre à profit le potentiel de croissance inclusive du pays.

“Bâtir une économie plus rési-liente sur les succès récents”. Le titre même du mémorandum économique de Madagascar publié hier et résultant d’une étude quinquennale est lourd de sens. L’objectif est de guider la formulation des réformes économiques nécessaires pour libérer le potentiel de croissance inclusive du pays selon les précisions de Marie-Chantal Uwanyiligira, responsable des opérations de la Banque Mondiale pour Madagascar. Les axes stratégiques recommandés par la Banque Mondiale s’articulent autour de l’amélioration de la connectivité, le renforcement du capital humain, l’amélioration de la productivité dans le secteur agricole ainsi que le renforcement de la concurrence.

Connectivité

A Madagascar, la mauvaise qualité du réseau routier restreint l’accès aux marchés et accroît la vulnérabilité aux événements climatiques. Le pays gagnerait à perfectionner son processus d’exécution des investissements publics, créer de nouvelles ressources pour l’entretien routier et renforcer les infrastructures logistiques de soutien. La restructuration de la concession du chemin de fer et le renouvellement de l’accord du ciel ouvert partiel sont aussi à prioriser. Par ailleurs, la poursuite des efforts pour améliorer le redressement financier de la Jirama est aussi essentielle.

Capital humain

A l’image du développement de la Corée, l’investissement dans le capital humain revêt une importance majeure. Un Malgache né aujourd’hui n’aura à l’âge adulte qu’une productivité équivalente à 37% de ce qu’elle aurait pu être s’il avait bénéficié d’un accès complet aux services de santé et d’éducation. Pour permettre à une population jeune et en pleine expansion de saisir les opportunités de la croissance économique, il est essentiel de mieux investir dans l’éducation, la santé et la protection sociale. Un recrutement méritocratique pour les enseignants ainsi qu’un alignement du calendrier scolaire sur la saison agricole s’avère être des priorités urgentes pour améliorer les résultats d’apprentissage. Améliorer les services de santé et de nutrition et renforcer les filets sociaux pour les plus pauvres sont tout aussi essentiel.
Agriculture
L’adoption de méthodes de production plus modernes dans le secteur agricole est aussi préconisée tel que l’a expliqué Natasha Sharma, Economiste principale et auteur principale du rapport. L’étude recommande d’améliorer la compétitivité de la chaîne de valeur du riz afin que le riz produit dans le pays puisse concurrencer le riz importé. Il est aussi suggéré d’intensifier les investissements en cours dans la connectivité rurale, d’étendre les superficies rizicoles et de renforcer la sécurité foncière pour ne citer que cela.

Compétitivité

Madagascar possède un environnement concurrentiel difficile caractérisé par des règles du jeu peu inclusives et de fortes barrières à l’entrée dans des secteurs clés. Pour uniformiser les règles du jeu, un renforcement de la loi sur la concurrence est requis. Son application devrait être soutenue par un conseil de la concurrence et des organismes de réglementation plus efficaces et indépendants des ministères de tutelle et des opérateurs privés. Une simplification des règles administratives, un renforcement de la justice commerciale et une dématérialisation de certains services publics pourraient significativement améliorer le climat des affaires et encourager l’investissement privé.

C.R

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.