BFM : Une enquête de conjoncture économique trimestrielle

La Banky Foiben’i Madagasikara (BFM) relance la série d’Enquête de Conjoncture Economique (ECE) en octobre 2017 portant sur les réalisations du 3ème trimestre et les prévisions du 4ème trimestre. Une enquête pareille est réalisée dans toutes les économies du monde et elle se fera sous une périodicité de trois mois pour la Grande île.

L’Enquête de Conjoncture Economique (ECE) réalisée par la Banky Foiben’i Madagasikara permet de se doter d’une série d’indicateurs avancés afin de suivre constamment l’évolution du secteur réel, qui est en lien étroit avec la mise en œuvre de la politique monétaire.
L’ECE sera effectuée à rythme trimestriel, selon les précisions d’Alain Rasolofondraibe, Gouverneur de la BFM. La prochaine enquête débutera la 12 février pour une fin de collecte des informations le 02 mars. Les résultats devront être publiés dès le 12 mars. La création d’une plateforme permettant le remplissage en ligne des questionnaires a été évoquée au cours de la présentation des résultats de l’enquête, le 17 Janvier dernier à Ankorondrano.

Entreprises

Des 215 entreprises sélectionnées, 122 ont répondu, soit un taux de réponse de 56,7%. La situation économique au troisième trimestre 2017 a été relativement favorable aux grandes entreprises, en dépit de la hausse des coûts des intrants et des charges salariales. Pour la majorité des chefs d’entreprise enquêtés, la demande s’est améliorée au troisième trimestre 2017. Par ailleurs, le nombre des employés recrutés au cours de la période étudiée a également augmenté, selon toujours leurs opinions.
Les petites entreprises pour leur part, ont connu une diminution de leurs bénéfices par rapport à l’année précédente. Leurs réponses tendent à imputer cela à une hausse du coût unitaire de production qui a pesé sur leurs marges de production. La hausse des coûts des matières premières et des charges salariales ont été les principaux facteurs qui ont expliqué cette augmentation du coût unitaire de production. Afin de limiter l’impact sur leurs marges de profit, plus de la moitié des entreprises admettent avoir révisé à la hausse leurs prix de vente.

Banques

Les 11 banques existantes à Madagascar ont répondu aux questionnaires de l’ECE. L’enquête réalisée auprès des banques a permis de constater qu’elles ont majoritairement augmenté leur offre de crédit. En ce qui concerne les facteurs limitant le développement des activités des banques, la concurrence arrive en premier lieu, suivie par l’incertitude du contexte économique, ensuite le coefficient de réserves obligatoires et l’insuffisance de la demande.

Relance économique

En termes de propositions pour la relance économique, les entreprises proposent en premier lieu des mesures d’ordre financier telles que l’appui et la promotion au secteur privé, la baisse des impôts et l’accès au crédit. Ensuite, elles proposent l’amélioration de la gouvernance en générale et celle de l’Administration publique.
Les banques, pour leur part, proposent la lutte contre les activités informelles, la stabilité politique, l’assainissement du système judiciaire et la sécurité des investissements. Il en est de même de la lutte contre la corruption. Selon leur réponse, ces réformes sont nécessaires pour plus de visibilité du côté des activités du secteur privé. Une banque propose la promotion du financement et des accompagnements des PME.

C.R

Imprimer Imprimer