Lundi 21 Mai 2018

FANRPAN : Aider Madagascar à trouver des sources de financement

250 personnes, représentant 17 pays africains, membres du «Food agricultural and natural resources policy analysis network » ou FANRPAN, sont actuellement dans nos murs, en vue de l’atelier de dialogue politique de haut niveau en sécurité alimentaire et nutritionnelle pour l’Afrique, qui a été inaugurée de manière officielle, hier dans la soirée, à l’espace Salohy d’Iavoloha, sous le haut patronage du président de la République, Hery Rajaonarimampianina. lire la suite…

Lutte anti-tabac : Mise en place des points focaux

L’Office National de lutte anti-tabac ou Ofnalat, en collaboration avec différents départements ministériels, a procédé à la mise en place de comités consultatifs pour la lutte anti-tabac, qui feront office de points focaux antitabac. lire la suite…

Diplomatie : Trois ambassadeurs ont présenté leurs lettres de créances

Trois nouveaux ambassadeurs ont successivement présenté leurs lettres de créances auprès du Président de la République Hery Rajaonarimampianina au palais d’État d’Iavoloha, hier. lire la suite…

Huiles essentielles : Le groupe Givaudan installera l’usine la plus performante à Madagascar

Les huiles essentielles servent aussi bien dans la médecine que dans le cosmétique. Ellesont également plusieurs autres usages, comme dans l’industrie ou encore dans l’agroalimentaire. lire la suite…

CNaPS : La vulgarisation du code de prévoyance sociale se poursuit dans le district de Brickaville

La CNaPS poursuit son périple national pour vulgariser le code de prévoyance sociale et faire connaître les droits des employeurs et employés. lire la suite…

Edition du 30 septembre 2014

Edition du 30-09-14

Dr Jean Louis Robinson : “Ravalomanana a sa stratégie, moi j’ai la mienne”

On peut être amis sans être alliés. Il en est ainsi des deux personnalités Marc Ravalomanana, l’ancien Chef d’Etat et son poulain aux Présidentielles, le Dr Jean Louis Robinson. Ce dernier s’explique.

La relation entre Marc Ravalomanana et son poulain aux Présidentielles de 2013 le Dr Jean Louis Robinson est au stade d’ambiguité, si l’on se refère aux déclarations du fondateur du parti Avana.
Les deux personnalités sont, certes, convaincues que la nation malgache est encore vulnérable. Et tous deux sont d’accord pour réagir contre la pauvreté, selon les propos de Jean Louis Robinson. Cependant, 10 mois après les élections présidentielles, ces deux personnalités n’ont jamais entrepris aucune action commune. «Nous avons, chacun, notre propre stratégie», a fait savoir le Dr Jean Louis Robinson, en réplique à cette attitude. Au niveau de l’Assemblée Nationale, chacun d’eux a fondé son propre groupement parlementaire. Du côté Marc Ravalomanana, l’ancien Chef d’Etat préside la mouvance Ravalomanana. Le Dr Jean Louis Robinson, lui, a fondé l’Alliance pour la Restauration de la Démocratie (Aron’ny Demokrasia). Ce groupe parlementaire, qui roule pour Jean Louis Robinson réunit 12 députés élus, de tout-bords, dont une partie des indépendants du Groupe Parlementaire Spécial (GPS).
Toutefois, les deux camps alliés restent unanimes sur une chose : la réconciliation nationale. Aussi bien la mouvance Ravalomanana que le parti Avana de Jean Louis Robinson estiment que ce processus reste incontournable, car il constitue le garant de la stabilité ainsi que du développement durable.
L’équipe de Jean Louis Robinson, quant à elle, approuve la démarche initiée par le Comité National de Réconciliation fondé par le professeur Albert Zafy. Ce comité qui mobilise actuellement la classe politique malgache. Le Dr Jean Louis Robinson a participé à la grande réunion du CRN de vendredi dernier à l’hôtel Panorama d’Andrainarivo. En revanche, la mouvance Ravalomanana, elle, n’a mandaté aucun représentant à cette réunion du Panorama.
Quoi qu’il en soit, la mouvance Ravalomanana et l’équipe de Jean Louis Robinson exigent et agissent, toutes deux, en faveur du retour d’exil de l’ancien président de la République Marc Ravalomanana. Si la mouvance Ravalomanana multiplie les négociations et appuie la démarche menée par la SADC, le Dr Jean Louis Robinson, pour sa part, défend l’idée de la tenue d’une réunion au sommet à Madagascar. Le candidat malheureux du second tour des Présidentielles réclame alors une réunion au sommet à 6. Il exige, par la même occasion, sa participation à ce sommet aux côtés des 5 chefs d’Etat Didier Ratsiraka, Albert Zafy, Marc Ravalomanana, Andry Rajoelina, et l’actuel Président de la République Hery Rajaonarimampianina. Il estime, en effet, que sa présence à ce sommet est d’une importance particulière à considérer dans la mesure où il avait remporté 48% des suffrages exprimés au second tour des Présidentielles, la voix de 2 millions des Malgaches.

Vola R

Sans fard et sans hypocrisie

Le retour au pays du Président de la République va relancer le débat concernant la réconciliation nationale. Il a, lui-même, dit devant l’Assemblée Générale des Nations Unies que c’est sur ce socle (sic) dénommé réconciliation nationale que tout reposera.
Est-ce que le pays a été confronté à une guerre civile ? Est-ce que le pays a dû faire face à des rivalités ethniques comme au Rwanda ? Y a-t-il eu des génocides à Madagascar ? La réponse à l’évidence est négative. Pourtant, si coercition il y a, on devra la mettre sur le dos de la puissance coloniale. la France avait procédé à un découpage administratif, reposant sur des critères tribaux et sur le plan politique, elle a mis face à face une intelligentsia des hautes terres centrales et une intelligentsia des zones côtières. Galliéni a appliqué le fameux « diviser pour régner » et, par la suite, cela s’est cristallisé par la rivalité de deux partis politiques : le PADESM et le MDRM. Après l’indépendance, les choses ont tout simplement changé de forme. Les crises, qui étaient survenues de manière cyclique, provenaient, en partie, de cette incapacité des politiciens à transcender les clivages et à se mobiliser autour d’idées saines et démocratiques.
Le pouvoir se conquiert à travers les familles politiques (souvent parentales) et suivant les causes, merina ou côtière.
Fort heureusement, 60 années après l’indépendance et la traversée de Trois républiques, nous assistons à l’émergence d’une génération de politiciens et de citoyens qui n’ont connu ni 1971, ni 1972, encore moins 1991…
Vu sous cet angle, la réconciliation nationale n’est importante et significative que pour les dinosaures. La classe politique montante et le Président de la République devraient veiller à l’encourager, elle tient le langage économique. Comme celui de la décentralisation. Le rédécoupage de Madagascar en 22 régions est une tentative de briser le verrouillage tribal. Elle devrait être accompagnée d’une décentralisation effective des moyens et des ressources.
La relance économique ne peut pas se concevoir à lui seul suivant le prisme macro du rapport volume d’investissements/nombre de population. Chaque foyer doit participer. Chaque foyer, chaque famille. Chaque citoyen.
Les crises 2002, 2009 ont éclaté alors que la croissance économique était bonne. Pourquoi ? Elle n’a pas eu un impact sur la population. Elle n’a pas eu un impact car la population n’était pas acteur, mais potentiel consommateur. Si réconciliation il faut, c’est le Malgache qu’on doit réconcilier avec le travail efficace et générateur de valeur ajoutée au niveau de chaque foyer.

Eau et électricité rationnées : Mécontentement quasi – général

Si le fameux délestage continue d’affecter la majeure partie des zones desservies par la JIRAMA, de nombreuses localités sont également victimes de coupure d’eau. Le Réseau national de défense des consommateurs tire la sonnette d’alarme. lire la suite…

Opposition : Le GPPO rejette l’avis de la HCC

Le Groupement des partis politiques d’opposition (GPPO) récuse l’avis numéro 04-HCC/AV de la Haute Cour Constitutionnelle relatif au statut de l’Opposition. Cet avis stipule dans son article 2 que «l’Opposition est essentiellement représentée par l’opposition parlementaire, constituée par l’ensemble des partis politiques qui ne forment pas la majorité parlementaire». lire la suite…

Dr Joseph Randriamiarisoa : “Le PRM est victime du processus de sortie de crise”

Le Président de la République Hery Rajaonarimampianina est victime du processus de sortie de crise, selon l’analyse effectuée par le Dr Joseph Randriamiarisoa, ancien ministre de l’Environnement. Pourquoi ? lire la suite…