Lundi 21 Mai 2018

Edition du 16 Mai 2018

Ambositra : Plusieurs établissements scolaires fermés suite à des jets de pierres

Le mouvement était parti depuis le CEG et le Lycée d’Ankorombe. La vraie raison et les motivations restent encore floues, mais le mal est fait. Des élèves ont perturbé les écoles et ont harangué les autres élèves à suivre leur action. Mais dans quel but ?!

La panique a régné à Ambositra hier, et pour cause, une bande de jeunes lycéens issus des établissements scolaires ont perturbé l’enseignement par des jets de pierre. Par conséquent, plusieurs établissements ont dû fermer leurs portes. La perturbation effectuée par les lycéens a débuté au CEG et au lycée d’Ankorombe, et les responsables ont dû fermer les établissements à cause des agissements de ces jeunes perturbateurs.
L’on ignore encore les raisons qui ont poussé ces jeunes à faire ces gestes, ni les personnes qui les ont embauchés pour perturber les établissements scolaires. Ce qui a étonné les gens, ce sont les élèves qui sont sortis et à leur tour pour perturber d’autres lycées.
D’autres élèves qui voulaient étudier ne voulaient pas quitter la classe, et pour les faire sortir, des lycéens ont jeté des pierres sur l’établissement. Devant ce fait, ces premiers ont dû se résigner à suivre le mouvement ou à rentrer à la maison. Presque tous les établissements scolaires publics ont été perturbés par ces jeunes, et leur mouvement s’est terminé par un attroupement à Antampon’ny Vinany.
Selon les explications reçues, un élève a été blessé à la tête par les jets de pierre. Heureusement ce dernier a eu rapidement les soins nécessaires. Les hauts responsables locaux se sont réunis d’urgence face à cette situation. Ils ont pris la décision de suspendre l’enseignement ce jour pour éviter les débordements comme ceux d’hier.
Il n’y a eu aucune arrestation, mais l’enquête suit son cours pour trouver la raison de ce mouvement ainsi que les coupables. Le calme était revenu hier vers midi et les lycéens ont rejoint leur domicile.

Tantely A

Imprimer Imprimer

 

Point de vue : Le prix fort à payer

L’organisation des futures élections ne sera pas chose facile pour l’Etat malagasy sans un appui international. Financer les 2 tours de la présidentielle nécessitera la mobilisation d’au moins 60 milliards Ariary comme le prévoit la Loi des Finances 2018. La communauté internationale qui a d’ailleurs annoncé son appui à raison de 12 millions d’USD soit l’équivalent de 36 milliards Ariary.
La conjoncture actuelle nécessitera ainsi le déploiement de gros moyens financiers, matériels et techniques à constater l’évolution de la situation. Les textes électoraux récemment mis en vigueur ont préservé les pratiques modernes en matière d’élections : utilisation des bulletins uniques de vote ainsi que celle des feuilles autocopiants pour la constatation des résultats à travers les procès verbaux de scrutins. Le plus dur à réaliser et d’ailleurs ce sera incontournable sera l’acheminement des matériels de vote auprès des autorités électorales, notamment auprès de la Haute Cour Constitutionnelle, ainsi que la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI). Le facteur temps ne jouera pas en faveur de ces instances à travers les futurs scrutins qui, rappelons-le, sera à caractère national. Les transferts de ces résultats et de ces matériels de vote nécessitera ainsi l’usage de nouvelles technologies de l’information et de la communication en première partie mais aussi de moyens de transports les plus rapides. L’appel au service des aéronefs, hélicoptères et avions, depuis les zones les plus enclavés du pays n’est pas écarté. L’Etat aura ainsi cette obligation d’aller de l’avant et travailler de manière efficace et efficiente pour mener l’organisation d’élections crédibles.
Ceci étant, la mobilisation ne sera pas uniquement politique. Ce ne sera pas chose facile pour le gouvernement qui gèrera ces futures élections de trouver les moyens nécessaires que réclame la Constitution de la IVème République et les textes électoraux. Les politiciens de l’opposition ont, rappelons-le, refusé la modification de la Loi fondamentale sur les aspects électoraux. Maintenant, c’est à l’Etat de redoubler d’efforts pour l’organisation de ces futurs scrutins.

Imprimer Imprimer

 

Concours ENMG : Mise en place des cameras de surveillance

Des mesures seront prises pour prévenir toute tentative de corruption durant les épreuves de concours d’entrée à l’ENMG.En fait, le dernier concours d’entrée à cette école a été annulé pour cause de suspicion de corruption.

Des caméras de surveillance seront mises en place dans toutes les salles d’examen durant les épreuves de concours d’entrée à l’École Nationale de la Magistrature et des Greffes et durant les corrections des feuilles de copies dans toutes les salles d’examen. lire la suite…

Diffamation : La Présidence et le Sénat portent plainte contre des députés du changement

Se basant sur le respect de la loi, la présidence et le sénat ont réagi face aux agissements de certains députés de l’opposition. Ils estiment qu’il y a eu des débordements, ainsi que de la diffamation. Leur avocat a déposé une plainte au parquet du Tribunal.

La Présidence et le Sénat ont déposé plainte à parquet hier au Tribunal d’Antananarivo sur des actes perpétrés la semaine dernière par les députés du changement. lire la suite…

MFPRATLS : Le personnel demande la démission du ministre Maharante

Le personnel du ministère de la Fonction Publique a montré leur ras-le-bol et ont manifesté en brandissant des pancartes expressives, exigeant la démission de leur ministre. Les administrateurs civils, ansi que les agents de ce ministère sont en grève.

Jean de Dieu Maharante, ministre de la Fonction Publique de Reforme de l’Administration, du Travail et des Lois Sociales (MFPRATLS) est actuellement dans la tourmente. lire la suite…

Crise politique : L’Ambassadeur d’Allemagne prône le dialogue

«Après quatre ans de travail à Madagascar, je suis convaincu que la très grande majorité de la population malagasy ne veut plus un nouveau bouleversement par la force ou la violence en dehors du cadre démocratique». Ces propos sont de SEM Harald Gehrig, Ambassadeur d’Allemagne à Madagascar.
C’est le dialogue et uniquement le dialogue entre les acteurs malagasy, ainsi que le respect des droits et des règles démocratiques par tous, y compris l’opposition et le gouvernement, qui peut aboutir à des solutions face à la situation qui sévit actuellement à Madagascar, selon ses dires. lire la suite…

La Grande Braderie : Relever le défi malgré la morosité économiques

C’est reparti pour la Grande Braderie de Madagascar, l’édition spéciale fête des mères. L’événement est prévu se tenir du 23 au 27 mai prochains au palais des sports et de la culture de Mahamasina. «En dépit d’une conjoncture caractérisée par un certain marasme économique, Madavision et ses partenaires se sont fixé comme mission de relever le défi de relancer l’économie à travers les différents secteurs d’activités représentés durant la GBM et à développer des stratégies ayant pour but de maintenir ainsi sous perfusion le secteur», lire la suite…

CFM : Vers la mise en place d’un accord politique

«La rencontre entre les principaux protagonistes devrait aboutir à un accord politique visant à conduire le pays vers l’apaisement», a annoncé hier le président du Conseil du Fampihavanana Malagasy (CFM), Alphonse Maka, dans une déclaration faite à la presse au siège du CFM à Ampefiloha. Alphonse Maka s’est toutefois abstenu de s’aventurer sur le contenu de ce fameux accord, préférant jouer la carte de la prudence. Selon Alphonse Maka, lire la suite…

Amboasarikely : Un nouveau bloc sanitaire de 137 millions MGA

Le fokontany d’Amboasarikely vient de se doter d’un bloc sanitaire «wash bloc» comprenant à l’étage un bassin lavoir si la partie inférieure comprend trois douches, 4 WC et des bornes fontaines. Cette infrastructure, d’une valeur de 137 millions d’Ariary a pu être réalisée avec les ressources propres internes a indiqué Lantoniana Rasoelison, Ministre de l’Eau, de l’Énergie et des Hydrocarbures au cours de la cérémonie d’inauguration. lire la suite…

Météo : Fin de la saison cyclonique 2017-2018

Comme prévue, la saison cyclonique 2017-2018 est terminée. Il n’y a plus de risque d’activité cyclonique sur Madagascar. Le froid s’installe progressivement dans le pays, mais une hausse passagère des températures n’est pas à exclure. Pour cette semaine, les cumuls de précipitations sont prévus rester modérés (50 à 75 mm) pour le district de Sainte-Marie, et des cumuls de précipitations faibles à modérés (25 à 50 mm) sont prévus pour les districts d’Antalaha, Mananara Avaratra, Soanierana Ivongo, lire la suite…