Samedi 29 Avril 2017

Edition du 12 mars 2014

Edition du 12-03-14

Dissolution du bureau permanent de l’A.N. : La PMP saisit la Haute Cour

La PMP et le MAPAR,  c’est toujours la guéguerre.  Derrière cette apparence de calme, aux yeux de l’opinion,  une grande bataille politique rangée s’engage entre ces deux groupes de députés.  L’enjeu est simple :  le contrôle de la Chambre basse et  la nomination du Premier ministre du premier gouvernement de la 4ème République.

La PMP  vient de déposer une requête sous forme de saisine à la Haute Cour Constitutionnelle pour lui demander le contrôle de constitutionnalité des textes  utilisés pour mettre en place le bureau permanent de l’Assemblée nationale.
C’est la deuxième action du genre.  Il y a une semaine, la PMP a déposé également une requête auprès du Conseil d’Etat demandant l’annulation des votes commis pour la mise en place du bureau permanent de l’Assemblée Nationale, pour irrégularités concernant les textes de  base. Le Conseil d’Etat disposant d’un mois (la partie adverse devant être écoutée), la réponse ne sera probablement pas pour ce jour. Ou demain.
Tous les regards sont  tournés vers Ambohidahy. L’objectif inavoué, c’est cousu de fil blanc, est, bien entendu, la dissolution de ce bureau permanent contrôlé par le MAPAR, qui fut épaulé dans cette action par le GPS.  La manœuvre du MAPAR (plateforme fondée par l’ancien président de la Transition) a été rapide lors de la session extraordinaire avec, comme ordre du jour, la mise en place du Bureau permanent. La plateforme a fait main basse des postes de Président et de Vice-président. Et même des présidents de commission. Ce fut presque facile car, en face,  ça a mis du temps à s’organiser. Les députés de la plateforme de la mouvance présidentielle n’ont fait qu’opposer une molle résistance : celle de la chaise vide. Les députés étaient sortis de la salle, ne participant qu’au vote du Président de l’Assemblée nationale… Mme Christine  Razanamahasoa,  fidèle d’entre les fidèles  d’Andry  Rajoelina,  fut élue Président de l’Assemblée nationale…

Pour une nouvelle majorité a l’assemblée nationale

La PMP ne devait que réagir quelques jours après, avec cette impression d’avoir été roulée dans la farine. Réunion ici, réunion là.  Rude bataille. D’abord, sur le terrain des médias, ensuite dans les cabinets  et autres études de juristes. Enfin,  le grand jeu avec le soutien de l’équipe de la Présidence qui veut aussi voir une Assemblée nationale qui soutient, sans  hypocrisie et sans arrière-pensée, le Président Hery Rajaonarimampianina. Donc une majorité de  députés à même de proposer un ou des noms de Premiers ministres. Autre que  Haja Resampa, le choix du MAPAR.
Ce coup de pouce de la Présidence s’est traduit par le remplacement de 3  Hauts conseillers qualifiés de proches de l’ancien homme fort de la transition. Et avec une HCC quelque peu rénovée, la saisine de la PMP aurait des chances d’être considérée…
Pourquoi le conditionnel?  Tout est question, en premier lieu, de recevabilité. En principe, ce sont les chefs d’Institution qui  sont habilités à saisir cette haute juridiction. C’est-à-dire le Président de la République et le Premier ministre (toujours en fonction, même s’il est sortant). Dans le cas d’espèce, on estime qu’il s’agit d’une affaire relevant de la vie d’une Institution, qui n’est pas juridiquement  et officiellement en place (c’est la HCC qui, en principe, devrait, constater  la validité de la procédure et l’insérer dans le Journal Officiel).  La  saisine pourrait être confiée au doyen et au cadet des députés… La PMP  n’a pas de communiqué officiel sur son action, mais on subodore qu’elle dispose de juristes  compétents sur la question.
Nous sommes dans une grande bataille juridique. L’enjeu est le rapport de forces à l’Assemblée nationale. Mais aussi, la possibilité de donner au Président de la République le choix. Sans pression. Mais dans le respect de la légalité et de la procédure constitutionnelle.  Si la nomination du Premier ministre se fait attendre, on commence à comprendre pourquoi et comment…

E.A

Le secteur privé propose

Tous les secteurs de l’économie souffrent. La crise n’a épargné qu’une seule activité : la téléphonie mobile  et les activités adjacentes et sous-jacentes. Le secteur privé a communiqué un plan de relance de l’économie à court terme. Il comporte 20 points et touche presque tous les domaines de l’économie.
A l’évidence, le document est élaboré par le secteur privé, soucieux de sauver  « ses »  meubles, mais  également exigeant de la part du nouveau  régime d’être considéré comme un vrai partenaire.   « Le secteur privé rappelle également la nécessité du rétablissement de la coopération  avec les partenaires techniques et financiers, compte tenu de la situation des Finances publiques et de la dégradation des infrastructures et des services  publics », lit-on dans le communiqué.
L’enjeu, actuellement, est la relance de l’économie. Et ces mesures à court terme, proposées par le secteur privé local, sont destinées à  relancer ses  propres activités, d’abord, mais également à  mettre en selle les grands chantiers qu’il faut commencer : c’est le cas  d’Air Madagascar, de la JIRAMA. Le secteur propose une étude indépendante. Pourquoi indépendante ? Probablement, pour éviter tout délit d’initié, dans une perspective de privatisation.
Tout semble avoir été dit dans cette proposition. Sauf peut-être le médicament pour la santé de l’Ariary. Car de la parité de l’Euro, dépendra l’avenir de plusieurs secteurs d’activités. Notamment, ceux qui  touchent directement les importations. Un autre sujet semble également manquer : la mise en place d’un filet de sécurité sociale.  La relance de l’économie est  difficile tant que le pouvoir d’achat et la  consommation locale ne suivent pas.
En tout cas, avant le départ du Chef de l’Etat pour l’extérieur, le secteur privé lui a donné un volumineux dossier constituant une matière à réflexion et à agir.

 

Secteur privé : 20 mesures d’urgence pour relancer l’économie

La plateforme du secteur privé s’est entretenue hier avec le Président Hery Rajaonarimampianina. Une occasion pour le chef de l’Etat de partager sa vision de la relance économique et une opportunité pour la plateforme du secteur privé de présenter l’ensemble des mesures à court terme pour la relance de l’économie. lire la suite…

Hery Rajaonarimampianina : Attendu également à Paris

Le voyage de Hery Rajaonarimampianina aux États-Unis sera ponctué d’un transit de 2 jours à Paris, capitale de la France. lire la suite…

Nomination du PM : Edgard critique le MAPAR

La question de nomination du Premier Ministre a été évoquée hier par Edgard Razafindravahy, l’ancien PDS de la Commune Urbaine d’Antananarivo. lire la suite…

Arivonimamo : Crash d’un avion, 2 officiers morts

Deux personnes, de jeunes officiers de l’Armée malgache, ont péri dans un accident d’avion, qui s’est produit à Ambohimahavorony Arivonimamo, hier vers 11h30. lire la suite…

Place du 13 mai : Ouverte à la circulation

La partie de l’avenue de l’Indépendance qui longe la clôture de l’Hôtel de Ville d’Antananarivo est ouverte à la circulation depuis hier matin. La décision a été adoptée par Ny Hasina Andriamanjato, nouveau Président de la Délégation Spéciale d’Antananarivo. lire la suite…

Lutte antiacridienne : Bilan de la campagne

Depuis plusieurs années, Madagascar fait face à une invasion fort alarmante de criquets migrateurs. Des actions ont été menées, mais elles s’avèrent insuffisantes et requièrent davantage d’efforts. lire la suite…

CNaPS : Vulgarisation du code de prévoyance sociale

Cent-dix participants, composés d’étudiants, d’employeurs et de salariés, assistent à la formation dispensée depuis hier par la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale (CNaPS). lire la suite…

Scoop Digital : “Malok’Ila 14 carats” dans les box

« Malok’Ila 14 carats », la dernière de la saga Malok’Ila, une production de Scoop Digital, arrive dans les box-offices. lire la suite…