CNIDH : La torture existe bel et bien à Madagascar

Le 26 juin a été proclamée Journée internationale pour le soutien aux victimes de la torture. Cette année, sa célébration à Madagascar sera marquée d’une pierre blanche par la CNIDH et l’ACAT Madagascar, en collaboration avec le Haut-commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme, par l’organisation d’un atelier de réflexion qui s’est tenu hier au siège du Système des Nations Unies à Andraharo. Cette table-ronde s’articule autour des visites de prison, illustrées d’expositions qui se sont déroulées au mois de juillet.
Ayant effectué la visite de 23 des 82 établissements pénitentiaires de Madagascar, la Commission Nationale Indépendante des Droits
de l’Homme (CNIDH) a
constaté la dégradation des conditions de détention et a formulé des recommandations afin d’améliorer le traitement des personnes privées de liberté. La CNIDH a également relevé la pratique masquée d’actes de torture et de traitements cruels, inhumains et dégradants, caractérisée par la détention provisoire prolongée, ainsi que des formes d’extorsion d’aveux pendant la garde à vue.
S’agissant des actes perpétrés dans les structures de soins psychiatriques, une délégation de la CNIDH a effectué au mois de février dernier, une descente dans un centre confessionnel de Mahitsy, où une patiente a été enchaînée. De plus, suite à des investigations menées dans plusieurs Régions, la Commission a fait le triste constat que des pactes villageois ou «dina» non-homologués mais appliqués, dont le «Besaboha» dans la Région SOFIA, imposent une légitimation de la torture, parfois attentatoire à la vie des victimes.
Il a été constaté que la torture frappe les groupes de population souvent oubliés. Dénoncés par la population à Farafangana en septembre 2018, des cas ont, entre autres, donné suite à des mesures, prises grâce notamment à la compétence d’auto-saisine de la CNIDH.
Des investigations et suivis diligentés laissent néanmoins transparaître que malgré les interpellations, des dossiers restent souvent lettres mortes et certaines procédures judiciaires étouffées, pour ne citer que l’incendie criminel aggravé de pillages et d’actes de torture commis à Antsakabary le 22 février 2017, sur lesquels aucun jugement n’a été rendu jusqu’alors. La nécessité d’autorisation de poursuite s’avère être un bouclier imparable pour les éléments des forces de défense et de sécurité incriminés.
La CNIDH saisit la célébration de cette Journée mondiale pour appeler à soutenir les victimes de torture ainsi que leurs familles, en rappelant qu’elles ont un droit exécutoire à tout recours utile, y compris la réparation et la réhabilitation.

Recueillis par JR

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.