Corruption en Afrique : 130 millions de personnes ont dû payer des pots de vin

Chaque année en Afrique, le coût de la corruption se chiffre à 148 milliards d’USD, une somme qui pourrait être investie dans le développement du continent. Seuls, 5 milliards USD ont pu être recouvrés, selon les précisions apportées hier par Jean Louis Andriamifidy, membre du Conseil Consultatif de l’Union Africaine sur la Corruption. Depuis plus d’une décennie, la plupart des états membres de l’Union Africaine ont mis en place une législation interne, des politiques et programmes nationaux pour prévenir la corruption. Malheureusement, l’indice de perception de la corruption continue de présenter de nombreux pays du continent comme une plaque tournante de la corruption selon les propos de ce responsable.
Un recouvrement systématique des produits de la corruption devrait être mis en œuvre. C’est pour mieux endiguer le fléau que le CCUAC encourage l’ «élaboration d’une position africaine commune sur le recouvrement des avoirs ». C’est d’ailleurs le thème de la célébration de la journée africaine de lutte contre la corruption célébrée hier au Ministère des Affaires Etrangères Anosy. Eu regard au caractère transnational de la corruption, la coopération des Etats est indispensable. Une récente étude réalisée par le Conseil Consultatif a permis d’identifier des exemples réussis de recouvrement des avoirs comme c’est le cas au Sierra Leone. Le Nigéria et l’Afrique du Sud ont par ailleurs une expérience considérable et disposent d’un cadre législatif en matière de recouvrement des avoirs illicites
Le CCUAC ne peut que féliciter le gouvernement malagasy pour avoir adopter une législation sur le recouvrement des avoirs illicites, marquant une fois de plus la détermination du pouvoir à lutter contre la corruption. Selon le directeur de cabinet représentant le premier ministre, une telle législation ne peut que rassurer les investisseurs honnêtes. L’Union Africaine, selon sa représentante dans la grande île, Hawa Youssouf Ahmed suit de près l’effort engagé à Madagascar dans la lutte contre la corruption. Le ministre Hajo Andrianainarivelo, assurant l’intérim du Ministre des Affaires Etrangères, pour sa part, a mis l’accent sur la détermination de l’Etat malagasy à éliminer ce mal qui constitue une entrave au développement du pays.

Samifin

Lamina Boto Tsara Dia, Directeur Général du SAMIFIN, met l’accent sur la synergie d’actions entre les acteurs, engendrée par cette loi sur le recouvrement des avoirs. Elle favorise également une coopération internationale et instaure une procédure particulière par le biais d’un mécanisme de saisie pénale immobilière. Les perspectives s’articulent entre autres autour de la mise en œuvre du dispositif du recouvrement des avoirs illicites, l’évaluation par les acteurs, l’amélioration par les réformes, mais avant tout les textes réglementaires. Nous en reparlerons.

Claudia R.

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.