Entrée en prison : En moyenne 20 personnes par jour à Antanimora

La surpopulation carcérale est un problème rencontré dans la plupart des établissements pénitentiaires malgaches. A Antanimora, plus de 3 750 détenus sont placés dans cet établissement pénitentiaire dont la capacité d’accueil maximale est 1 500 détenus. Toutefois, le nombre des prévenus entrants et incarcérés à Antanimora par jour ne cesse d’augmenter. En moyenne, 20 par jour. De ces 3750 détenus, 3240 sont des hommes ; 424 des femmes dont 54 accompagnées de leurs enfants, et chez les mineurs, 84 garçons et 7 filles. Si les garçons ont leur propre quartier d’incarcération, séparé des adultes, les filles mineures, elles, sont dans les mêmes quartiers que les femmes adultes.
Suite aux efforts déployés depuis le mois de novembre dernier, le nombre de prévenus qui attendent leur procès a diminué, si 200 environ par mois sont le nombre qui se présentait au tribunal, depuis octobre jusqu’en décembre, ce nombre a connu une hausse avec des chiffres respectifs de 262, 281 et 306.

Problèmes

A Madagascar, les droits des détenus ou condamnés ne sont pas respectés, selon le rapport et analyse des ONG et sociétés civiles œuvrant dans les droits de l’homme, comme CNIDH, Amnesty International. « A Madagascar, un enfer carcéral». Ce jugement est justifié par les situations carcérales qui prévalent dans toutes les maisons centrales. Les détenus ont le droit de manger trois fois par jour, ce n’es même pas le cas dans notre pays. A l’instar, de la maison centrale d’Antanimora où les détenus ne mangent du riz qu’une fois par jour. La plupart du temps, on les nourrit avec du manioc sec.
En ce qui concerne les infrastructures, elles sont vétustes et la surpopulation carcérale ne fait qu’empirer cette situation au point de dégrader davantage les infrastructures. Une seule chambre accueille 80 à 100 personnes. Les conditions d’hygiène, d’assainissement et de santé sont loin d’être respectées.
Côté matériel, l’administration pénitentiaire ne dispose pas de tout le matériel et outil dont elle a besoin pour fonctionner correctement.
Ainsi, une grande rénovation, des améliorations, une hausse du budget et des subventions allouées aux administrations pénitentiaires s’avèrent nécessaires.

Activités des détenus

Même si les détenus sont privés de leur droit de liberté, ils ont leurs activités dans la maison centrale. Selon les explications du Chef d’Etablissement d’Antanimora le Contrôleur d’Administration Pénitentiaire Tahiana Rakotonanahary, chef d’Etablissement d’Antanimora, le respect des disciplines et des règlements intérieurs est mis en avant. La célébration de culte, entre autres, est obligatoire à tous les détenus, toutefois, chacun est libre d’assister à la séance de sa propre confession et son obédience religieuse.
Pour les illettrés et analphabètes, des séances de cours d’alphabétisation sont dispensées sur place. Des activités sportives sont organisées, et la maison centrale organise souvent des tournois inter-quartiers (dans la maison carcérale) de football, de basket-ball, ou encore de pétanque.
Des formations professionnelles sont offertes à ceux ou celles qui s’y intéressent (Broderie, artisanat…..). La maison carcérale dispose également d’une bibliothèque ouverte à tous.
Pour les mineurs qui n’ont pas pu terminer leurs études, ils peuvent poursuivre leurs études et se présenter aux examens officiels du CEPE et du BEPC. Chaque année un taux de réussite de 50% est enregistré.

Problèmes des femmes détenues

La surpopulation est le principal problème rencontré par les femmes détenues. Pour Antanimora, avec un espace destiné à accueillir 80 personnes, les cellules des femmes abritent actuellement plus de 400 détenues, soit cinq fois plus que la capacité normale. Les quartiers des femmes disposent d’une cour relativement restreinte, où elles peuvent à peine faire la cuisine, leur lessive…
Côté hygiène, les femmes détenues éprouvent des problèmes de vétusté des infrastructures et des systèmes d’accès à l’eau potable.
Les querelles entre détenues sont presque quotidiennes. Les raisons en sont multiples. Toutefois, les pénitentiaires veillent au grain et tentent toujours d’apaiser les tensions.
En ce qui concerne la santé, les femmes détenues, tout comme les hommes et les enfants, ont le droit d’être soignées en cas de maladie. La maison centrale dispose d’une infirmerie, tenue par un médecin avec une équipe médicale composée de 5 paramédicaux. Lorsqu’il s’agit de maladie spécialisée, nécessitant une intervention de médecins spécialistes, les détenus ont le droit de se référer à ces médecins en disposant d’un ordre médical. Pour une évacuation sanitaire indispensable, les détenus ont un droit de 45 jours qui pourrait être prolongé d’un mois en fonction des prescriptions médicales.

jemimaR

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.