FAO – Madagascar CPP : de nouvelles priorités

FAO – Madagascar CPP : de nouvelles priorités

Pour 2018 à 2021, la collaboration entre FAO et Madagascar portera sur trois domaines prioritaires tel qu’il a été souligné hier au Carlton Anosy, au cours de la signature du Cadre de Programmation Pays CPP par le Représentant de la FAO, Patrice Talla Takoukam et le gouvernement malagasy, représenté par Harison Randriarimanana, ministre auprès de la Présidence chargé de l’Agriculture et de l’Élevage. Un budget de 60 millions USD est requis pour la mise en œuvre du CPP. Le gouvernement et la FAO lancent un appel à collaboration et mobilisation des ressources afin de concrétiser les interventions et d’atteindre ensemble les objectifs fixés pour ces priorités.
Il en est ainsi de la promotion de systèmes agricoles et alimentaires inclusifs et performants au service du développement agricole et agroalimentaire, tenant compte de la sécurité sanitaire des aliments, de la nutrition et de la dimension genre. Vient ensuite le renforcement de la résilience des moyens d’existence des communautés et ménages vulnérables face aux aléas et au changement climatique. La troisième priorité porte sur la gestion rationnelle et durable des ressources naturelles.
Dans son allocution, le MPAE n’a pas manqué de préciser que ce document cadre est en parfaite cohérence avec les priorités nationales avec l’instauration d’une nouvelle trajectoire de développement durable.
Ces trois domaines prioritaires répondent au « Plan Fisandratana »qui définit l’agriculture vivrière et l’exploitation durable des produits agricoles et forestiers rares comme des moteurs de croissance. Ce plan ambitionne également de faire de Madagascar un pays en pointe dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Prochaines signatures

Trois projets sont prévus être signés prochainement tel qu’il a été annoncé hier. Le «projet d’assistance préparatoire au recensement général de l’agriculture » permettra de combler les lacunes en données fiables sur le secteur agricole et redynamiser les infrastructures statistiques de base pour une production continue des statistiques agricoles et ainsi de répondre aux besoins en données pour le pilotage des projets/programmes.
Le «projet d’appui à la mise en place d’un système de surveillance, riposte et contrôle intégré de la chenille légionnaire d’automne à Madagascar» renforcera les capacités nationales à gérer la propagation de ces chenilles et d’atténuer la gravité des dégâts sur les cultures. Les cultures de riz et de maïs sont pour l’heure menacées. Le «projet d’appui à la restauration des paysages forestiers à Madagascar» renforcera, pour sa part, l’aptitude des forêts et des arbres à répondre aux besoins de subsistance des populations et de l’environnement.
La cérémonie d’hier a été rehaussée de la présence de la coordinatrice du Système des Nations-Unies et du ministre de l’Environnement, de l’Écologie et des Forêts.

C.R

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.