Fièvre aphteuse : Mesures d’embargo allégées

Virus, microbes, pollutions… Autant de vecteurs de maladies graves ou mortelles diverses. Aujourd’hui, la fièvre aphteuse alimente les conversations et l’ampleur de la maladie dans les îles voisines est telle qu’elle devient une affaire d’Etat.

La propagation de la fièvre aphteuse à Maurice et à Rodrigues contraint le gouvernement malgache à adopter certaines dispositions drastiques visant à protéger le cheptel bovin, caprin et porcin de Madagascar. Ces mesures concernent, entre autres, l’arrêt des importations de tout produit animalier, des aliments et produits provenant des bovidés ainsi que des aliments destinés à l’élevage. «Le gouvernement souhaite alléger ces dispositions. Toutefois, une mission d’évaluation sera dépêchée à Maurice pour constater l’évolution de la situation», a souligné Rivo Rakotovao, ministre auprès de la Présidence en charge de l’Agriculture et de l’Élevage (MPAE). «Ces allégements concerneront, entre autres, les contrôles des containers ou encore les importations de poussins qui mettent les éleveurs du pays devant des difficultés considérables», a souligné le ministre auprès de la Présidence. «Toutefois, si l’évaluation est négative, nous serons obligés de maintenir les dispositifs de protection».
Le sujet a été discuté au plus haut niveau puisque le gouvernement mauricien en avait parlé avec le Président Hery Rajaonarimampianina à Maurice, fin mars dernier. La visite de Hamada Madi Boléro, Secrétaire Général de la Commission de l’Océan Indien (COI) à Antananarivo, mercredi dernier, avait évoqué le sujet. D’ailleurs, il a tenu à saluer l’engagement de Madagascar dans la résorption de ce fléau qui a handicapé l’Île Maurice alors membre de la Commission. «Des techniciens malagasy ont été dépêchés sur place pour venir en aide aux Mauriciens», a-t-il souligné devant la presse à l’issue d’un tête-à-tête avec le MPAE à Anosy.
Rappelons que la fièvre aphteuse avait affecté l’Île Maurice au mois d’août 2016. Le gouvernement malagasy avait ainsi pris les dispositions nécessaires de protection, notamment des contrôles stricts aux frontières dès le déclenchement de l’épidémie.
Quoi qu’il en soit, l’épidémie a été confinée aux deux Îles de l’Etat mauricien. Les Îles de la COI en sont épargnées jusqu’ici.

Marc A.

Imprimer Imprimer