GLASS : Nécessité d’augmenter les ressources financières dans le secteur EAH

« Il importe d’augmenter les ressources financières et les ressources humaines pour le secteur WASH, en vue d’atteindre les résultats escomptés. Le taux d’accès à l’eau potable et à l’assainissement est relativement faible à Madagascar », a-t-on appris de l’atelier de validation nationale des résultats de l’étude GLAAS (Analyse et évaluation de l’eau potable, de l’assainissement et de l’hygiène), initiée par le ministère de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Hygiène (MEAH) et appuyée par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), hier, à l’hôtel Colbert d’Antaninarenina.
D’après le ministre de l’Eau Roland Ravatomanga, «cet atelier consiste à faire le suivi des ressources humaines et financières, ainsi qu’à déterminer l’environnement favorable en termes de législation et de politique entre autres, pour appuyer les systèmes et les services d’eau, d’assainissement et d’hygiène (WASH) et les mettre ainsi à la disposition de tous, en particulier des catégories de population les plus vulnérables». Le MEAH a ajouté que l’atelier vise également à analyser les facteurs associés au progrès afin d’identifier les moteurs et les freins, repérer les lacunes et évaluer les points forts.
Et enfin, il a pour objectif de faciliter les travaux des plateformes gouvernementales en vue de renforcer la coordination entre les différents secteurs, institutions et acteurs qui influencent et qui demandent la prestation de services WASH. « Il s’agit de la suite logique de la CBI de Paris. Nous sommes déterminés à faire preuve de volonté dans la mise en œuvre du programme WASH, conformément à l’exigence des partenaires techniques et financiers », a lancé le MEAH.
Un sommet des ministres de l’Eau de différents pays du monde est prévu se tenir à Washington le 29 avril prochain en vue de déterminer le budget relatif à l’optimisation du programme WASH. Ce sera l’occasion pour Madagascar de plaidoyer en faveur de la politique WASH locale.

L.R

Imprimer Imprimer