Gouvernement Mahafaly : Quid du ministère du Travail et des Lois sociales ?

Gouvernement Mahafaly : Quid du ministère du Travail et des Lois sociales ?

le ministère du Travail n’existe plus. C’est une première depuis la première République. Un vide lourd de conséquences…

Le département du Travail n’a plus été mentionné dans la formation du nouveau gouvernement Mahafaly. L’on se demande toutefois qui sera le ministre du Travail et des Lois Sociales ? Le décret 2016-265 portant nomination des membres du gouvernement ne cite  guère l’existence de ce département.
Jean de Dieu Maharante a été appelé à diriger le « ministère de la Fonction Publique et de la Réforme de l’Administration » si l’appelation était auparavant le « ministère de la Fonction Publique, du Travail et des Lois Sociales ». Un changement qui n’est pas passé inaperçu par les acteurs du monde du Travail, notamment des syndicalistes, ou aussi des organismes évoluant dans ce secteur. Les inquiétudes de ces acteurs se sont multipliées depuis samedi, vu que c’est la première fois dans l’histoire du pays qu’il n’y a pas de ministère du Travail. Est-ce une omission ? Est-ce que le nombre de ministères n’a pas encore été bouclé par le décret 2016-265 promulguée vendredi soir ?

Quelles conséquences ?

Interrogé sur ce sujet, un juriste et non moins ancien responsable étatique a indiqué que l’absence d’un département ministériel chargé du Travail pourrait remettre en cause les conventions internationales que Madagascar a ratifiées.
L’absence d’un ministère spécifique pourrait également remettre en cause la Convention 81 relative à l’inspection du travail, avancent certains spécialistes du secteur. Le département du Travail sera-t-il transformé en une simple direction ou en un simple Secrétariat d’État ? De l’avis de certains professionnels, ceci réduirait les champs d’action dans la promotion du travail à Madagascar et notamment dans la prise en charge par l’État des aspects concernant ce secteur ainsi que celui des lois sociales.

Quid des organismes rattachés

Les organismes rattachés à l’ancien ministère du travail et des lois sociales n’auront-ils plus de tuteur ? Du moins les organisations sanitaires interentreprises, les organismes de prévoyance sociale ou encore le secteur privé se trouveront en difficulté dans la situation actuelle.

Marc A.

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.