Hausse de droit de fourrière : 2e rencontre entre la CUA et les transporteurs ce jour

Clémence Raharinirina, se trouvant des deux côtés donne son avis sur le sujet.
La présidente du Ftar de faire savoir qu’il sera difficile pour les transporteurs de payer la somme déterminée.

Une nouvelle rencontre entre les responsables de la mairie d’Antananarivo et les transporteurs se tiendra ce jour. Après la première rencontre de mercredi dernier, les deux parties se sont engagées à étudier de près le problème lié à la dernière décision de la mairie, notamment d’augmenter les amendes de mise en fourrière des véhicules.
Les transporteurs ont évoqué que ces amendes sont trop élevés et pourront affectées considérablement leurs travails. En effet selon ces transporteurs, ces amendes devraient être revues à la baisse.
Du côté de la mairie, le maire a tenu à apporter plus d’explications. Selon le maire, avant de sanctionner, le côté éducatif devra tout d’abord primer. Le premier magistrat de la ville des milles d’expliquer que si tout le monde suit les règles et les législations en vigueur, la mise en fourrière des véhicules ne devrait pas être appliquée.
La conseillère municipale Clémence Raharinirina de son côté, en sa qualité de dirigeante d’une association de transporteurs, s’oppose fermement à cette hausse. Selon ses explications, l’exécutif de la commune urbaine d’Antananarivo ne pense pas au social de la population. La présidente du Ftar de faire savoir qu’il sera difficile pour les transporteurs de payer près de 200 000 ariary de droit de fourrière par jour.

Velo Ghislain

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.