Henri Jean Michel : Possible rectification de la loi de finances 2020 après remaniement

La rectification de la Loi des Finances Initiale 2020 est nécessaire après le remaniement du gouvernement, estime Henri Jean Michel, questeur numéro 1 de l’Assemblée Nationale. Celle-ci fait suite aux changements survenus dans la structure du gouvernement Christian Ntsay. Deux départements ont été créés, notamment le ministère de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Hygiène ainsi que le vice-ministère en charge de la Ville nouvelle et de l’Habitat. Henri Jean Michel a approuvé la décision du Président de la République de mettre en place son nouveau gouvernement. Les tâches qui attendent le nouveau gouvernement sont immenses. Il encourage ainsi la nouvelle équipe gouvernementale. Le Gouvernement fraîchement nommé a pour mission de concrétiser la vision de développement et les «Velirano» du Président de la République à l’égard du peuple. De l’avis du questeur numéro un de l’Assemblée Nationale, le moment n’est pas encore opportun de juger l’efficacité ou non des ministres. Ces ministres seront évalués après 6 mois et seront relégués après un an à la tête de leur département. Ceux qui n’ont pas accompli leurs missions respectives seront sans doute remerciés.
Henri Jean Michel a fait savoir que la majorité présidentielle de l’Assemblée Nationale prêtera main forte à l’équipe gouvernementale. Les députés accomplissent les tâches qui leur incombent sous leur propre responsabilité. Notons que lors du dernier remaniement, aucun député n’a été nommé ministre. Seule, Irmah Naharimamy, députée élue de Toamasina est maintenue dans ses fonctions de ministre de la Population, des lois sociales et de la promotion des femmes.

Polémique autour du non-paiement des salaires des députés

Le questeur numéro un de l’Assemblée Nationale a apporté des explications autour des bruits qui courent selon lesquels, les députés et les assistants parlementaires n’ont pas encore perçu leur salaire. Henri Jean Michel note qu’il n’y a pas de grand problème, mais seulement un retard de paiement du salaire du mois de janvier suite à des nouvelles exigences du ministère de l’Economie et des Finances quant aux modalités de paiement des salaires. En effet, l’opération par billetage n’est plus autorisée. Les soldes de moins de 600 000Ariary doivent être payés par Bon de caisse. Le ministère de l’Economie et des Finances aspire à un paiement par virement bancaire pour les salaires de plus de 600 000 Ariary. Ces nouvelles modalités de paiement ne sont pas pratiques pour les députés et les assistants parlementaires. Actuellement, le problème est plus ou moins réglé, d’après les explications apportées par Henri Jean Michel, questeur numéro un de l’Assemblée Nationale. Après négociations avec le Bureau permanent, le ministère de l’Economie et des Finances a accordé une dérogation à l’Assemblée Nationale.

Vola R

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.