JIRAMA : 500 Ariary de pertes par KW

Le redressement de la compagnie nationale de l’eau et de l’électricité, JIRAMA, suit son cours. Directeur Général, Directeur Général Adjoint, PCA et administrateur de la JIRAMA ont tenu à mettre la lumière sur ce qui pourrait constituer des zones obscures sur les réalisations et les perspectives de la JIRAMA au cours d’une rencontre avec la presse.

La hausse du coût de l’électricité est inévitable, la JIRAMA continuant de vendre à pertes, a indiqué hier Hyacinthe Befeno Todimanana, Président du Conseil d’Administration de la JIRAMA au cours d’une rencontre avec la presse. Les pertes de la JIRAMA se chiffrent à 500Ar/KW, sachant que 1,2 milliards de KW sont vendus annuellement.
La décision d’augmenter de 8,5% le coût de l’électricité pour les industriels à partir de ce mois de janvier s’inscrit dans le cadre du redressement de la JIRAMA, comme nous l’avons déjà indiqué dans nos colonnes. Le tarif restera cependant de 141 Ar/KW pour les usagers consommant moins de 25 KW.
Olivier Jaomiary, DG de la JIRAMA n’a pas manqué de préciser que différentes recherches ont été menées pour permettre de réduire le coût de la production. L’utilisation de fuel lourd qui coûte moins cher que le gasoil est par exemple préconisée. Parmi les réalisations de 2017, l’on peut citer la mise en place de central au fuel lourd : 40 MW Symbion Power, 60 MW Aksaf Power et 65 MW TAC Jovenna.
Des efforts ont également été entrepris dans le domaine de la gouvernance pour ne citer que la nouvelle organisation (un nouveau DG et 22 Directeurs), la mise en place de contrat standard,… Le contrat de fourniture de carburant a aussi été négocié. Si auparavant la JIRAMA achetait le carburant à un prix plus élevé que le prix à la pompe au niveau des stations services (avec un écart qui peut atteindre 1000 Ar/litre), actuellement le prix d’achat est au dessous de ceux affichés auprès des stations. A noter que la JIRAMA consomme près de 40% des produits pétroliers qui arrivent au pays.

Perspectives

Lorsque le DG de la JIRAMA avait pris sa fonction, 30.000 branchements de compteurs étaient en souffrance. A ce jour, 13.000 compteurs ont été installés. D’après ses dires, l’objectif est de pouvoir réaliser le reste des branchements en souffrance avant avril 2017 d’ici le premier semestre de cette année.
L’optimisation du coût, l’amélioration des services, le renforcement de la gouvernance se poursuivront cette année. Il en est de même du déploiement de compteurs intelligents, du renforcement des opérations de ratissage et de recouvrement des impayés ainsi que la sécurisation financière de la société pour ne citer que cela. De nombreux autres sujets ont été abordés. Nous en reparlerons.

C.R

Imprimer Imprimer