JIRAMA : “Ni privatisation, ni licenciement massif,” selon Lantoniaina Rasoloelison

Face aux inquiétudes des employés de la JIRAMA, le ministre responsable a tenu à éclaircir certqins points, quant à une éventuelle privatisation de cette Société d’Etat. C’est le redressement de la JIRAMA qui est la priorité de l’Etat en ce moment.

“Ne vous laissez pas berner par d’éventuels privatisation et licenciement massif, ces informations ne sont pas fondées”, a indiqué hier Lantoniaina Rasoloelison, ministre de l’Eau, de l’Énergie et des Hydrocarbures pour rassurer les employés de la JIRAMA face à leurs inquiétudes.
Nul besoin de rappeler que samedi dernier, l’intersyndical de la JIRAMA a tenu une assemblée générale au cours de laquelle les membres ont fait part de leur volonté d’entreprendre un dialogue pour trouver des solutions pérennes. Si certains ont interprété cela comme une main tendue du personnel de la JIRAMA, d’autres avancent qu’il s’agit de menace de grève en cas d’échec des négociations.
«Tant que je serais ministre, il ne sera pas question de privatiser la JIRAMA qui restera une Société d’Etat». Pour l’État, l’objectif est de redresser la JIRAMA et une baisse progressive de la subvention est attendue tel que nous l’avons déjà précisé dans nos colonnes d’hier. Des réformes sont requises. Ces réformes ne concernent aucunement les employés et leurs salaires. Seul 10% du budget est consacré au personnel d’après ses dires. Les mesures concernant le personnel concernent d’une part les formations et d’autre part le recrutement des directeurs qui se fait par appel à candidature. C’est sans doute cette dernière mesure qui entraîne des réactions chez certains. Si licenciement il y a eu à ce jour, ce sont quelques employés qui ont commis des fautes professionnelles graves.
A noter que le ministre de l’Eau, de l’Énergie et des Hydrocarbures s’est exprimé sur cette question relative aux employés de la JIRAMA en marge de la présentation du Plan National de Communication du Secteur Eau, Assainissement et Hygiène qui s’est tenu hier à Ampandrianomby. Nous en reparlerons.

C.R

Imprimer Imprimer