Lutte anti-corruption : 1,4 million Euros de la Norvège et de l’Allemagne

 

La lutte contre la corruption est encore, pour notre pays, une bataille de longue haleine et qui devra impliquer tout un chacun, dirigeants comme populations administrées. D’autant plus que nous bénéficions de l’appui des pays et organismes étrangers…

En vue de l’importance de la lutte contre la corruption pour le développement, la Norvège, l’Allemagne et la GIZ vont combiner leurs efforts en s’engageant ensemble dans un projet commun avec les autorités malagasy. Le projet va démarrer cette année avec des contributions à hauteur de près de 400.000 euros pour s’orienter vers une durée de 3 ans avec une valeur estimée à 1.450.000 euros. L’annonce a été faite hier par Aksel Jakobsen, Vice-ministre au Développement International auprès du Ministère norvégien des Affaires Etrangères, au siège du Comité de Sauvegarde de l’Intégrité CSI à Antaninarenina.
L’objectif du projet est de renforcer l’effectivité et la portée des acteurs clés dans la lutte contre la corruption. Le projet va appuyer les acteurs malagasy engagés dans la thématique pour ne citer que le Bianco, la Société Civile, le Pôle Anti-Corruption, mais aussi les acteurs sectoriels dans les secteurs d’intérêt des deux coopérations. Selon les précisions apportées hier, une attention particulière sera consacrée aux secteurs de l’éducation, l’environnement et la décentralisation.
A noter que le royaume de Norvège et la République Fédérale d’Allemagne sont engagés depuis longtemps aux côtés du peuple malgache et de son gouvernement. La lutte contre la corruption est un facteur-clé du développement de tout pays, pour avoir un Etat au service de la population, augmenter la confiance du citoyen dans les institutions publiques ainsi que promouvoir la cohésion sociale et la croissance inclusive de l’économie
En visite à Madagascar, le vice-ministre a rappelé que « la Norvège a été l’un des partenaires principaux lors de la création du Bianco et se félicite de la possibilité de reprendre cette coopération avec les acteurs malagasy, sou-cieux d’éviter que la corruption n’empêche le développement du pays. Et ce, avec l’Allemagne ».

C.R

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.