M2PATE : Réactions à l’inquiétude du FMI

M2PATE : Réactions à l’inquiétude du FMI

Le ministre en charge des Projets Présidentiels, de l’Aménagement du Territoire et de l’Equipement, Benjamina Ramanantsoa, a tenu à apporter quelques précisions afin de lever toute ambiguité par rapport aux doutes émis par le FMI dans son rapport sur la deuxième revue de la mission au titre de la FERC (Facilité Elargie de Credit), concernant précisément l’efficacité de la nouvelle loi sur les ZES.
« Ce doute n’est pas fondé », a réagi le M2PATE. Le FMI estime que les avantages fiscaux offerts par la loi ZES n’attirent pas beaucoup d’investisseurs supplémentaires, mais profitent aux investissements existants. Or, d’après le M2PATE, selon l’esprit de la loi ZES, les avantages fiscaux et les facilitations d’investissement des ZES s’appliquent à de nouvelles zones géographiquement délimitées et non pas à des investissements déjà existants. Certes, les investissements actuels peuvent se déplacer dans les ZES, mais pas de manière automatique. L’accès dépend, d’abord, de l’aval de l’AZES et de l’accord avec le Développeur.
De plus, pour la création des ZES, Madagascar va miser sur les sites favorables aux investissements et qui détiennent des avantages majeurs en termes d’accessibilité, d’évacuation de produits vers les ports, de meilleures connexions avec les pôles économiques et démographiques importants (Ex : profiter de l’extension du port de Toamasina et de l’aéroport de Tanà pour développer un axe économique majeur, favorable à la mise en place de ZES). Le FMI critiquent les incitations fiscales de la loi ZES, mais en grande partie, ce sont déjà des avantages accordés par la loi sur les ZES auxquelles Madagascar a décidé d’abaisser un peu plus certains impôts comme l’Impôt sur les Sociétés pour concurrencer les pays voisins, comme l’île Maurice, le Mozambique, la RDC…
Mais les points forts des ZES malagasy reposent surtout sur l’intégration de ces zones dans le schéma d’aménagement et de développement national.
Quand le FMI parle de perte de recettes fiscales, on ne peut pas perdre quelque chose qui n’existe pas encore. L’incompréhension est du côté du FMI, car dans l’analyse du secteur textile, par exemple, Madagascar, pour satisfaire les marchés de l’AGOA et de l’UE doit construire 600 000 m2 à 800 000 m2 d’usine et c’est une opportunité à saisir alors que les sites de production existants ne peuvent plus se développer efficacement, d’où le besoin de créer de nouveaux pôles industriels plus attractifs comme le Textile City de Moramanga ou de Toamasina qui générera 200 000 emplois, 160 millions d’investissements dans la construction, plus de 900 millions de USD de masse salariale cumulée pour la première phase de 5 ans, réinvestie dans les achats locaux et une exportation totale d’un milliard de USD pour un renversement de la balance commerciale de madagascar à 125% d’excédent.
La loi ZES a été élaborée par rapport au 5ème modèle de ZES et a intégré les bonnes et mauvaises expériences de plusieurs pays étrangers. Cette loi se distingue par le développement du concept «incubateur d’emploi et d’entreprise» dans les sites ZES pour assurer le tranfert de compétence aux jeunes Malagasy. « L’élaboration de cette loi ZES a vu l’intervention du meilleur expert internationnal en ZES qui existe (Jean Paul Gauthier) et est ce que le FMI juge encore meilleur que lui. Appuyons- nous dans le choix stratégique fixé par le pays. Rappelez-vous que le modèle économique de ZEF cautionné par le FMI n’a pas pu apporter des resultats escomptés, autres que l’emploi et il faut un modèle plus intégré pour relancer l’économie nationale », a conclu Benjamina Ramanantsoa.

L.R

 

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.