Martin Rakotozafy  : “Nous sommes prêts à cèder le terrain de Magro”

Le terrain MAGRO Ankorondrano est un sujet sensible. Si le Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Antananarivo a toujours été assez réticent pour s’exprimer à ce propos, cette fois-ci, il a bien voulu y toucher mot  lorsqu’il a fait part des perspectives de la CCI Antananarivo pour cette année 2016 au cours d’une interview exclusive accordée à la Rédaction.

MA-Laza : Le terrain du MAGRO d’Ankorondrano est un des patrimoines de la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Antananarivo. Qu’en est-il de la situation de ce terrain actuellement?
Jean Martin Rakotozafy: Le terrain MAGRO appartient à la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Antananarivo. On dit « MAGRO » entre guillemets parce que c’est là que se trouvait MAGRO dans le temps. Nous, au niveau de la Chambre de Commerce, sommes  disposés à céder ces terrains en tant que bail emphytéotique (et non pas en vendant) à tous les partenaires qui nous offriraient des conditions satisfaisantes. Pour ce qui est du cas concret du MAGRO, nous attendons de la part du groupe TIKO des propositions. Si nous jugeons que ces propositions sont valables, je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas accepter.
D’autre part, La Chambre de Commerce et d’Industrie d’Antananarivo dispose d’autres patrimoines qu’on voudrait rénover, soit nous, soit les nouvelles équipes qui vont travailler après les élections. Ces patrimoines ont été délaissés surtout au niveau d’Antanimena. C’est le cas des anciens bâtiments qui abritaient les contributions directes dont la rénovation changerait un peu le paysage du quartier. Notre objectif pour cette année 2016 est de valoriser ces différents patrimoines.

MA-Laza : En tant que Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Madagascar, quels sont selon vous les principaux freins aux investissements dans le pays?
Jean Martin Rakotozafy: Je pense qu’aussi bien le gouvernement que le secteur économique s’y mettent pour qu’on puisse réussir. Quels sont les freins? Les freins qui ont été évoqués l’année dernière avec tous les opérateurs qui sont venus nous visiter : c’est la corruption à Madagascar. Il faudrait qu’on puisse vraiment combattre ce fléau. Néanmoins, son éradication totale est quand même assez difficile. C’est utopique si l’on pense qu’on va pouvoir l’éradiquer en une seule année. Mais que la lutte soit effective et que l’on puisse vraiment faire des affaires en toute sérénité. C’est le principal souci des investisseurs qui nous ont approchés, aussi bien nationaux qu’internationaux. A part la corruption, un des freins évoqués par ces investisseurs en 2015 est la Loi foncière. Actuellement, comme vous le savez depuis le mois de décembre dernier, ces lois ont été mises à jour si bien qu’elles pourraient attirer davantage d’investisseurs qul pourront placer des fonds en toute sérénité.

MA-Laza: Pour la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Antananarivo, quels sont les principaux défis à relever pour cette année 2016 ?
Jean Martin Rakotozafy : Il faut noter que l’année dernière, il y a quand même eu des accords de partenariat économique, signés aussi bien au niveau de l’Union Européenne, de la COMESA ou de la SADC qui permettront également aux Malgaches d’exporter facilement. C’est le cas caractéristique avec l’AGOA. Il y a ainsi d’autres marchés qu’il faudrait prospecter.
Un autre défi que se lance la CCI Antananarivo est la concrétisation de  la mise en place de l’École Supérieure des Technologies et de l’information ESTI. C’est une école financée par l’Agence Française de Développement qui formerait aussi bien des ingénieurs que des techniciens en informatique. L’ESTI devrait être opérationnelle au mois de novembre de cette année.
La Chambre de Commerce et d’Industrie d’Antananarivo espère également nouer des relations concrètes avec  toutes les chambres de commerce qui nous ont contactés ou qui ont été visitées par nos délégations l’année dernière. Enfin et non des moindres, cette année sera marquée par les  élections au niveau de la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Antananarivo.

Propos recueillis par C.R

Imprimer Imprimer