Mauvaise gestion de l’argent public : Polémique pour l’entretien d’un vehicule à 9 milliards d’Ariary

Mauvaise gestion de l’argent public : Polémique pour l’entretien d’un vehicule à 9 milliards d’Ariary

La «nouvelle» s’est très rapidement répendue sur les réseaux sociaux, et a provoqué tellement de réactions et de partages, qu’il n’est plus possible de l’ignorer. En effet, sauf «montage malveillant» de la part de gens malintentionnés, …

La passation de marché public à enflammée la discussion sur les réseaux sociaux hier. Des montants pour des entretiens et achats de pièces détachés de véhicules ont été principalement la cible des internautes. Deux lignes ont été les plus commentées. Ils s’agissent de l’achat de pièces détachées pour l’entretien d’un véhicule tout terrain qui s’élève à 7.186.000.000 Ariary et de l’achat de pneus pour le même véhicule qui, lui, s’élève à 2.320.000.000 Ariary. Le ministère de la Sécurité Publique, si l’on se réfère aux chiffres publiés dans le site de l’Autorité de la Régulation du Marché Public, aurait dépensé la somme de 9.406.000.000 Ariary pour l’entretien d’un seul véhicule en 2016.
Cette somme a suscité beaucoup de commentaire sur les réseaux sociaux depuis hier. Certains pensent que le site de l’ARMP a été falsifié ou que quelqu’un aurait crée un site au nom de l’ARMP pour discréditer l’ARMP, mais également le gouvernement en général. Mais au vu de ces chiffres, d’autres internautes et observateurs pensent qu’une enquête doit être menée par le Bureau Indépendant Anti-corruption, ou BIANCO. La bonne gouvernance, l’Etat de droit n’existe pas dans le pays, selon certains commentaires dans les réseaux sociaux.
En effet, Madagascar a reculé sur l’indice à l’Etat de droit, d’après des enquêtes menées par des organismes internationaux. D’après l’ «Indice sur l’Etat de Droit 2017-2018» publié par le World Justice Project (WJP), Madagascar a reculé de 8 places. La Grande Île se situe au 16ème rang parmi les 21 pays africains. L’indice mesure l’adhésion à l’Etat de Droit dans 113 pays du monde, à partir de plus de 110 000 enquêtes auprès de ménages, et 3 000 enquêtes auprès d’experts.
Basé sur des données primaires, l’Indice sur l’Etat de droit mesure le rendement de chaque pays sur l’Etat de droit à travers huit facteurs : contraintes aux pouvoirs du gouvernement ; absence de corruption ; gouvernement ouvert ; droits fondamentaux ; ordre et sécurité ; application des règlements ; justice civile et justice pénale. Selon l’organisation, depuis la publication du dernier Indice sur l’Etat de Droit en octobre 2016, une majorité de pays ont vu leurs scores baisser en terme de droits de l’homme, contrôle des pouvoirs du gouvernement, et de justice civile et pénale.

Velo Ghislain

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.